Les experts ou la vérité si je mens…

Vous vous demandez si je vais parler cinéma et séries télé ?

Mais non voyons c’est inutile, en parfumerie la réalité dépasse souvent la fiction et en tous cas se confond avec elle par des légendes soigneusement entretenues.

J’ai récemment lu des choses me paraissant ineptes, des propos rebattus par ceux qui d’une façon ou d’une autre nous vendent du parfum chimique. En particulier cette affirmation : « …il est important de rappeler aux consommateurs que sans la synthèse, il n’y aurait pas de beaux parfums. »

Dit comme ça, de la bouche d’un « expert » (Oui, ce Monsieur insiste bien sur le fait qu’il est un « expert ».) ça ne souffre donc pas la controverse !

Mais … malheureusement avec moi ça ne prends pas.

S’il est évident que la chimie de synthèse a influencé l’évolution de  la parfumerie (Forcément, puisque les parfumeurs ont voulu l’utiliser…) nul ne peut prétendre savoir ce que serait devenue la parfumerie pré-industrielle en l’absence de cette influence.

Sur un blog de perfumista amie (Heidiandthebigbat) qui parlait de l’article et du personnage en question j’ai osé donner mon avis sur les propos de ce Monsieur, après tout en France on a bien encore le droit de dire que l’on est pas d’accord avec ce qu’un prétendu expert a écrit, non ?

Je ne suis pas là pour brosser dans le sens du poil, je ne le fais que quand je juge ça mérité et là ça ne l’était pas !

Il est vrai que le ton était corrosif mais un certain dialogue aurait pu s’engager, sauf que …ce Monsieur préfère couper court quand ses arguments tout faits ne fonctionnent pas, il a donc jugé bon de censurer sur son blog un commentaire qui n’avait pourtant rien d’offensant.

Je ne cherche pas la guerre, je contribue seulement à faire émerger certaines vérités que ce Monsieur aimerait voir reléguées aux abysses.

Sans chercher à nuire (au contraire je lui fait de la pub…) pour que chacun puisse se faire sa propre idée, voici le lien vers l’article en question, « Matières premières naturelles ou synthétiques ? L’éternel faux débat » écrit par M Nicolas Olczyk « expert du parfum » et « spécialiste des tendances et de la veille ».

Pour moi, rien que le titre de l’article sonne faux, pourquoi écrire sur ce sujet en alimentant un débat qui n’aurait soit-disant même pas lieu d’être ?

Pour la suite voici le commentaire qu’il a jugé bon de censurer :
(Finalement, suite au présent article il a en fait publié mon commentaire « sous réserve » … sous réserve de quoi on ne sait pas bien mais peu importe.)

Tout d’abord, je remarque qu’il y a presque toujours un mélange des genres bio/naturel quand on parle de parfums naturels. Le parfum bio est en principe forcément naturel mais le naturel n’a pas forcément à être bio. Qu’un parfum soit naturel ET bio au lieu de « simplement » naturel n’induit pas forcément une modification significative de son odeur en revanche, essayez de recomposer en 100% synthétique un parfum naturel, vous aurez des surprises… (Vouloir reproduire un parfum synthétique par du naturel je n’en parle même pas ce serait une utopie.)

Ensuite c’est extrêmement réducteur de comparer la parfumerie naturelle moderne à la parfumerie du temps de Marie-Antoinette.

On entend toujours cette rengaine alors qu’aucun de nos contemporains n’ont pu mettre le nez sur un parfum du 19ème siècle (ou alors je n’ose pas imaginer l’état d’un parfum aussi ancien) et il est de nos jours impossible de les refaire à l’identique, ne serait-ce que par absence d’extraction par enfleurage, alors en dire du mal c’est facile mais si nous pouvions les sentir nous aurions peut-être des surprises…

De toutes façons, comme je viens de le dire, nous ne referons pas les parfums de cette époque, quand bien même le voudrions-nous c’est impossible mais surtout, de nos jours la façon de concevoir le parfum n’est pas la même, y compris en naturel, les parfums à base de synthétique voire d’artificiel ont changé les habitudes des nez comme celles des utilisateurs de parfums. Enfin, sans même parler d’isolats et autres biosynthèses à la frontière du naturel, il est évident qu’un absolu obtenu par extraction aux solvants volatils n’existait pas plus au temps de Marie-Antoinette qu’un extrait sélectif au CO2 supercritique, le « nez naturel » moderne a donc une palette bien différente et nettement plus étendue que celle des parfumeurs de cette époque !

Si je comprends et trouve une certaine légitimité à votre « quelle tristesse de s’interdire toutes les belles odeurs qui existent dans les chefs d’oeuvre de la parfumerie » pour ma part c’est le choix que je fais mais le fais sans aucune tristesse.
Mais surtout vous savez bien que de toutes façons l’immense majorité des chefs d’œuvre de la parfumerie a déjà été reformulée, que ce soit pour raisons « écolo-éthiques » comme pour le musc naturel, économiques comme les absolues obtenues par enfleurage, ou parce que certaines des molécules naturelles ou synthétiques qui s’y trouvaient n’étaient plus compatibles avec les standards IFRA actuels et parfois réellement dangereuses (comme les muscs nitrés, en particulier le musc ambrette -à ne pas confondre avec l’huile essentielle d’ambrette-).

Enfin, il y a également des exemples de toxicité qui devraient inciter à plus de prudence et à respecter un peu plus la « sagesse » de la nature ou du moins les formidables équilibres que le monde vivant avait su mettre en place avant que l’homme ne commence à vouloir contrôler les molécules.

Le plus frappant est selon moi le cas du méthyl-chavicol (ou estragole).

Pour le résumer disons simplement qu’autour de l’an 2000, cette molécule naturellement très présente dans le basilic et l’estragon mais également quelques autres épices et aromates (et également très utilisée dans sa version d’origine synthétique) a été déclarée cancérigène suite à des expérimentations faites sur des rats.
Même si l’info est resté assez confinée au monde des spécialistes, elle a créé des remous, l’homme (enfin l’industriel surtout…) ayant voulu dans son arrogance et son avidité habituelle utiliser le méthyl-chavicol synthétique en abondance dans les produits agroalimentaires, les parfums et autres cosmétiques.

Une étude publiée en 2007 (« Bioactivation and genotoxicity of the herbal constituents safrole, estragole and methyleugenol » (accessible à http://edepot.wur.nl/121896)) à démontré qu’il n’était pas vraiment cancérigène quand il était sous sa forme naturelle typique d’extrait de basilic. (Car visiblement, à force de consommer des plantes contenant du méthyl-chavicol la sélection naturelle a favorisé les hommes dont le corps est capable de ne pas changer le méthyl-chavicol de celles-ci en métabolite cancérigène alors que quand la molécule est isolée ça se passe comme si notre corps ne la reconnaissait pas, il la traite de manière inadaptée et finalement néfaste puisque c’est en voulant l’éliminer qu’il la convertie en un métabolite cancérigène.)

L’IFRA s’était en tous cas empressée d’interdire sa présence à plus de 0,2% dans les parfums, malheureusement y compris s’il est apporté par un quelconque extrait de basilic… (Depuis 2007 cette étude n’a visiblement toujours pas été prise en compte et elle ne le sera probablement jamais, on ne va quand même pas favoriser le naturel au détriment d’une certaine industrie…)

Voilà, vous avez pu lire le commentaire qui fut censuré par un expert du parfum et de la veille des tendances… Sans doute parce que ce que j’explique pourrait contribuer à favoriser le lent retournement actuel de la tendance qui lui est chère (ou qui lui est précieuse devrais-je dire ?). J’en déduit que M Olczyk ne veille pas seulement la tendance, il voudrait la contrôler à sa guise en incitant le bon peuple à acheter ce qu’il juge bon de vendre.

En tous cas merci Monsieur l’expert, par la censure (finalement devenue très partielle maintenant que je l’ai publié ici et que vous l’avez accepté « sous réserve chez vous) de ce commentaire vous avez su faire passer bien plus d’informations intéressantes que par vos articles.

Publicités

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Nicolas Olczyk
    Sep 23, 2011 @ 11:38:16

    Cher confrère blogueur, je n’ai pas censuré votre commentaire. Signez-le de votre nom comme la plupart des gens qui interviennent et il sera publié.
    Vous m’attaquez personnellement, en citant mon nom. C’est déplorable.
    Je n’ai rien contre votre blog, je n’ai même jamais émis d’avis négatifs à votre sujet. L’article sur l’enfleurage est en ce sens très intéressant.
    Mon article que vous conspuez énergiquement ici et sur d’autres blogs a plus d’un an. De nombreux commentateurs de la blogosphère (que vos lecteurs connaissent d’ailleurs) y ont également donné leur point de vue. Ils ne diffèrent pas du mien.
    Je tiens aussi à préciser que nous n’avons pas tout à fait la même audience, mon blog est destiné essentiellement aux professionnels de la parfumerie. Alors que votre blog est avant tout destiné aux amateurs du parfum. Ce n’est pas incompatible et il y a de place pour tout le monde (et tant mieux). Mais de fait, le ton ou le contenu de nos blogs respectifs ne seront nécessairement pas les mêmes.
    Vous critiquez ici et ailleurs mon statut d’expert. Soit. Encore une fois si vous voulez donner des leçons aux professionnels de la parfumerie (c’est mon métier, j’en vis) que ce soit moi ou d’autres, faites-le à visage découvert, et reparlons-en sereinement.
    Personnellement je ne crois pas que vous vous mettiez en valeur en attaquant les gens personnellement.
    Bien à vous,
    Vive l’odorat!
    Nicolas Olczyk

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 23, 2011 @ 14:35:01

      Cher Monsieur Olczyk,

      Oh mais au risque de vous décevoir concernant les gens qui ont posté des commentaires avant moi sur votre même article, Heidi ne s’appelle pas vraiment Heidi et si vraiment vous ne le saviez pas, apprenez que Méchant loup ainsi que Clochette sont des pseudonymes également…

      Je cite votre nom mais j’y suis obligé pour parler de vous puisque vous n’utilisez pas de pseudonyme. Si votre véritable nom est partout sur votre blog et vos commentaires c’est votre propre choix me semble-t-il.

      Je ne vous attaque pas personnellement, ce sont vos propos et votre façon de vouloir censurer les miens que j’ai critiqué.
      Je n’ai rien non plus contre votre blog (à quoi bon d’ailleurs, je considère que chacun est libre d’écrire comme bon lui semble tant que le débat est accepté). J’aurais conspué votre article ici et sur d’autre blogs ?
      Chez Heidi seulement, suite à son article qui parlait justement du votre, arrêtez la parano vous vous faites du mal pour rien.

      Certains de vos commentateurs n’étaient pas totalement en accord avec vous non plus, Clochette semblait un peu partagée et Heidi vraiment pas d’accord mais de toutes façons le nombre de commentaires en accord ou en désaccord avec un article est-il vraiment important ? En tous cas il n’est pas représentatif de l’avis général. On lit plus les blogs qui nous correspondent plus et on prend rarement le temps de commenter pour exprimer un désaccord, enfin, tout le monde n’ose pas contredire un expert sûr de lui.

      Ensuite je ne dis pas que tout votre blog ni même tout cet article soit mauvais et je me doute bien que nombre de gens sont contents de vous lire et en suis heureux pour vous.
      Moi-même je vous ai lu une fois ou deux sans rien avoir à redire à vos articles.

      Rassurez-vous, je n’ai jamais souhaité que nos blogs aient le même contenu, ce serait même ennuyeux.

      Par contre, si le votre « est destiné essentiellement aux professionnels de la parfumerie » je trouve que vous devriez l’afficher quelque part. En même temps, même si ce n’est qu’une partie (croissante) de mon métier, (le reste y est assez lié également de toutes façons), si atypique sois-je à vos yeux je suis un « professionnel de la parfumerie »…

      Non Je n’attaque pas les gens personnellement, tout au plus certaines de leurs contradictions. D’ailleurs cherchez tant que vous le souhaitez sur ce blog, excepté vous, il n’y a guère que des contradictions de Jean-Claude Ellena que j’ai pu pointer du doigt.
      (Monsieur Ellena pour qui j’ai une très grande estime, voir même une grande sympathie car bien que grand parfumeur il est souvent la cible d’attaques assez violentes…
      Mais mon estime pour lui et son œuvre ne n’oblige heureusement pas à être 100% d’accord avec tout ce qu’il dit ou écrit !)

      Enfin, contrairement à vous je n’ai pas particulièrement envie de me « mettre en valeur », d’où en partie cet anonymat qui vous chagrine, si vous ne voulez pas qu’on puisse parler de vous en utilisant votre nom faites un blog anonyme, c’est vous qui avez choisi d’afficher votre identité réelle alors que ça ne se fait pas tant que ça sur les blogs !

      Mais puisque pour la majorité de mes lecteurs comme pour vous je ne suis que NezHerbes, libre à vous de critiquer NezHerbes si vous jugez devoir le faire.

      Je vous souhaite en tous cas bonne continuation dans votre blog comme dans le métier, en espérant seulement pour vous que vous sachiez abandonner peu à peu certains des préjugés qui vous entravent puisque la demande va de plus en plus vers le naturel et que même si vous semblez persuadé du contraire on peut faire du très beau 100% naturel.

      Réponse

  2. Lyjazz
    Sep 23, 2011 @ 12:28:50

    Je constate que ton commentaire est sur le site, avec la mention « sous réserve ».

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 23, 2011 @ 13:39:31

      Bonjour Lyjazz,

      En effet entre temps la situation à changé. Ce « sous réserve » m’amuse d’ailleurs beaucoup mais en tous cas il apparaît désormais, suite à la publication ici.

      Réponse

  3. Irène
    Sep 24, 2011 @ 16:19:15

    NezHerbes, aucune passerelle n’est possible entre vos positions et celles de l’auteur du blog dont vous parlez.
    C’est aussi simple que cela.

    Ce qui m’attriste le plus, c’est de laisser entendre qu’on ne peut pas faire de beaux parfums en dehors du naturel. Cela est totalement faux.

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 25, 2011 @ 09:41:13

      Nous sommes bien d’accord sur ce point Irène.

      Réponse

    • Nicolaï Lo Russo
      Juil 08, 2012 @ 14:27:02

      N’a-t-il pas dit plutôt, ce monsieur, « on ne peut pas faire de beaux parfums en dehors de la synthèse » ? Je crois bien que oui, la langue a dû vous « chourfer »… 🙂 De toute façon ce débat est assez stérile : c’est comme si vous disiez « on ne peut pas faire de belle musique en dehors du synthétiseur (vs le clavier du piano) . Tout est question de savoir ou pas dompter la matière. Et cela me semble plus difficile avec les produits naturels, qui sont plus complexes et moins réguliers.

      Réponse

  4. NezHerbes
    Juil 08, 2012 @ 20:34:52

    Nicolaï, merci pour votre pertinent commentaire.

    Irène s’était un peu mélangé les pinceaux, la connaissant mon cerveau avait rectifié automatiquement et je n’avais même pas relevé la chose. 🙂

    Pour le reste, j’espère que vous ne m’en voudrez pas mais j’ai souhaité vous répondre dans un nouvel article car j’avais pas mal de choses à écrire une fois de plus sur ce sujet que je ne juge pas si stérile.

    Réponse

    • Nicolaï Lo Russo
      Juil 08, 2012 @ 20:56:39

      Oui, pas d’inquiétude, « stérile » n’est pas péjoratif. Je dis qu’on peut faire de la très belle parfumerie sans synthèse, d’autant que maintenant avec les dernières techniques de distillation moléculaire et autres extractions de « coeur de matières » (disponibles chez Robertet – pour qui y a accès…), on s’approche de plus en plus de la prodigieuse et inépuisable nature, en en extrayant la « substantifique moelle », et de belle manière. Reste que la synthèse autorise un champ perceptif sans cesse renouvelé. Ce sont deux voies tout à fait acceptables et complémentaires. Avec leur défauts et qualités respectives (dont nous pouvons parler bien sûr).

      Réponse

  5. ambronyx
    Août 11, 2012 @ 18:08:53

    Je me permets de corriger : « il est important de rappeler aux consommateurs que sans la nature, il n’y aurait pas de beaux parfums »… ni de parfums tout court d’ailleurs… parce que l »homme synthétisant à bien du « piquer » les idées de quelque part… Comment ça, je fais fausse route?? 😉

    Réponse

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :