Tu sais que tu es « nez » quand…

(En écho à l’excellent article : http://dr-jicky-and-mister-phoebus.blogspot.com/2011/07/tu-sais-que-tu-es-un-perfumista-quand.html)

La définition (d’après wiktionary) :

un nez...

Un nez…

nez

nom masculin

(Anatomie) Partie saillante du visage entre la bouche et le front couvrant l’organe communiquant avec les poumons permettant de sentir et de respirer.

Mais surtout : (Par métonymie) (Cosmétologie) Créateur de parfums.

Donc, tu sais que tu es un « nez (naturel) » ou devrais l’être, ou le devenir… quand :

  1. Tu peux non seulement te représenter mais surtout sentir une odeur assez distinctement (avec ses différentes facettes) rien qu’en y pensant.
  2. Tu sens tout  ce qui t’entoure et même tes doigts et mains plusieurs fois par jour, dès que tu as touché un aliment, des clés, un savon ou n’importe quoi qui est ou pourrait être odorant d’ailleurs… En fait tu fais ça au moins 5 fois, même les jours ou tu ne travailles sur aucun parfum si tu manipules des choses odorantes ce jour là tu dois bien pouvoir les sentir une centaine de fois.
    Non, ce n’est pas un toc, c’est de la curiosité olfactive !
  3. Tu passes régulièrement du temps à relire attentivement les douze pages du tableau résumant les recommandations de l’IFRA. (Avec un peu l’impression que c’est une liste de fatwas énoncées par je ne sais quelle bande d’intégristes du cosmetochimiobusiness.)
  4. Tu as presque toujours des touches, souvent dites « mouillettes » qui traînent sur ton(tes) bureaux et ta voiture, et assez régulièrement aussi dans tes poches. Pareil pour les flacons en tous genres qui traînent partout ou tu travailles/vis/manges/dors/te lave… et parfois même dans ta voiture.
  5. Quand tu sens une personne, (si tu ne connais pas le nom de son parfum) tu dis qu’il/elle sent des noms obscurs de molécules que peu de gens ont déjà entendu alors que toi tu pourrais souvent donner des dizaines de détails les concernant. Quand tu leur trouves des odeurs de plantes c’est d’ailleurs un peu pareil…
  6. Tu sais instantanément nommer le parfum de ta compagne/ton compagnon quand il/elle vient de le mettre, même s’il/elle est dans une autre pièce ou en tous cas encore loin de toi. Du coup quand il/elle te demande si tu as senti ce qu’il/elle a mis comme parfum tu trouves ça touchant de naïveté.
  7. Tu passes ton temps à manier accords et notes, tu utilises des touches et des orgues, tu parles d’harmonie et de dissonance. Tu composes même… mais pas des musiques, tu ne connais peut-être même rien au solfège !
  8. Tu imagines souvent, presque n’importe quand et à peu près n’importe où, des accords olfactifs ou des parfums.
  9. Tu ne peux même pas imaginer de goûter un aliment/plat sans le sentir attentivement avant.
  10. Tu rêves de trouver certaines huiles essentielles, absolues ou certains extraits au CO2 supercritique.
  11. Tu as déjà eu l’occasion de : sentir une personne plusieurs minutes après son passage (parfois sans l’avoir vue, parfois à 30 mètres…) sentir qu’il y avait un problème dans la cuisine en étant dans le jardin à 20 m de la fenêtre, savoir déjà assez souvent et précisément ce que tu vas manger en entrant dans une maison, sentir des champignons avant de les voir, sentir des fleurs avant de les voir en étant à plus de 10 ou 20 mètres… (On a beau dire que c’est l’apprentissage des odeurs qui compte plus que la sensibilité olfactive… Je pense qu’une sensibilité particulière n’est pas inutile.)
  12. Tu préférerais (presque) avoir une jambe cassée que le nez bouché, ou en tous cas ça te désespère au plus haut point. (Parfois tu essaies de sentir des choses et de travailler à tes compositions quand même.)
  13. Tu trouves « intéressantes » presque toutes les odeurs même la plupart de celles qui sont juste des puanteurs pour les autres.
  14. Tu t’es parfois levé dans la nuit pour noter des accords que tu as peur d’oublier si tu ne le fais pas tout de suite… et souvent tu les as en fait testés avant de te recoucher car tu avais trop envie de savoir tout de suite ce que ça donnerait vraiment.
  15. Tu imagines parfois plus ou moins inconsciemment ce que pourraient sentir les gens pour que ça aille bien avec ce que tu vois/connais d’eux, parfois même des inconnu(e)s.
    (ci-dessous, ajout 28/07/2012)
  16. Tu as déjà dû t’éloigner assez loin d’une voisine trop parfumée dans un lieu public. Pas qu’elle sente mauvais mais juste trop !
  17. Tu as souvent dû fuir où demander à changer de place dans des restaurants pour cause d’odeurs indésirables.

Etranges non, ces gens qui sentent tout et imaginent sans cesse des odeurs ?

Cette liste est une première ébauche faite en vitesse, je n’ai pas tout raconté, d’ailleurs tout n’est pas très racontable tant ça pourrait paraître bizarre

J’imagine toutefois que cette liste va s’allonger peu à peu, au fil des idées que j’aurai ou que vous me suggérerez par commentaires… (?)

Publicités

26 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Lyjazz
    Sep 10, 2011 @ 12:21:05

    Bonjour NezHerbes que j’imagine bien nez au vent, nez fureteur partout….

    Mon petit gars de 6 ans est aussi toujours en train de sentir : sa première réaction quand on trouve un vêtement ou objet qu’un copain a oublié, c’est de le sentir pour savoir s’il est bien à celui auquel on pense. Et il ne se trompe pas !

    Certains sont synesthètes et voient des couleurs en même temps que les odeurs (ou chiffres, lettres, notes, etc) : en as-tu rencontré ?

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 13, 2011 @ 11:15:14

      Bonjour Lyjazz,

      Il a du nez ce petit gars c’est bien ! 🙂

      Croisé virtuellement seulement : Venezia
      Elle semble « voir » les odeurs, je crois qu’elle le disait quelque part dans un commentaire sur mon blog (ou ailleurs).

      Réponse

  2. Jeeks
    Sep 11, 2011 @ 11:21:33

    ‘Xcellent!
    Bien, après lecture des 15 commandements, je peux affirmer que je ne suis et ne serai jamais un « Nez », même si je me reconnais un peu dans 1/4/6/11/15 !
    Et puis, nous les internautes sommes des bêtes très curieuses, ne nous laissez pas ainsi Nezherbes, racontez-nous l’inracontable! ( des histoires de cérumen, etc…etc..) 😉

    @ bientôt!

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 13, 2011 @ 11:11:48

      Heu, je vois ou vous voulez en venir ‘Spèce de bohémienne. (private joke)

      Alors disons simplement qu’en effet un individu ne rejetant pas sa part d’animalité aura peut-être, s’il est en plus curieux, tendance à vérifier (sans forcément avoir besoin de coller son nez dessus…) la « conformité olfactive » d’à peu près toutes ses sécrétions/excrétions…
      Mais je ne pensais pas qu’à ça.

      Chez les dames aussi, si propres soient-elles, il y a des odeurs qui changent… à tous les niveaux, d’autant que même l’alimentation modifie nos odeurs.
      Et à vrai dire, dans un domaine moins intime je me base parfois sur l’olfaction (essentiellement au niveau de l’haleine cette fois) pour me faire une idée de l’état de santé des personnes que je croise. Certaines maladies ou « troubles organiques » ont leurs signatures olfactives c’est même assez connu. Je crois même avoir vu dans certains de mes vieux ouvrages médicaux des listes d’odeurs utilisées à des fins de diagnostic.

      Pour rester dans le scato, quitte à ne pas se limiter à l’odeur, saviez-vous que c’est de là que vient l’expression « Comment allez-vous ? » … ça sous entend « à la selle ».
      Il semble donc que dans le temps tout ce qui pouvait refléter le bon, ou mauvais fonctionnement du corps des gens que l’on croisait était pris en considération.

      Et l’origine des parfums est d’ailleurs assez liée à ces considérations sanitaires. On pensait qu’en évitant la puanteur on évitait la maladie, ce qui était d’ailleurs en partie vrai de par les vertus antiseptiques des extraits de plantes aromatiques.
      Sentir bon c’était (et c’est encore) également paraître en bonne santé.

      Réponse

  3. mlk
    Sep 11, 2011 @ 12:38:52

    Sentir, c’est aussi pour moi être sur le mode guerrier
    garder son instinct de vie et sentir que là, dans la nature, quelque chose vous prévient d’un danger
    ëtre l’animal que nous sommes en somme

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 13, 2011 @ 09:36:56

      Guerrier pas forcément mais il est vrai que c’est très animal et archaïque, la neurobiologie et la génétique (à défaut d’élucider totalement les mécanismes) ont parfaitement confirmé que c’était un des sens les plus anciens et importants du monde vivant.

      J’aime également beaucoup cet aspect animal de l’olfaction !

      Réponse

  4. Jeeks
    Sep 13, 2011 @ 19:52:50

    Pour l’expression commune « comment-allez-vous? » je savais oui… Les bohémiennes savent un tas de choses !
    Mais dites-moi Panoramix (private joke), vous mettez le nez vraiment partout-partout? Hmm.???
    …? 😉
    Plus sérieusement, j’ai trouvé votre « réponse-exposé » fort intéressante, surtout en ce qui concerne la santé.
    Je savais que par exemple, on tentait de contrer la peste avec cohorte de produits parfumants qu’on distillait dans les maisons ou qu’on portait sur soi…Se parfumer était donc parfois un geste thérapeutique.
    Autres temps, autres mœurs… 😉

    Réponse

  5. Irène
    Sep 13, 2011 @ 20:29:08

    Alors, cher ami, je ne suis pas « nez » selon votre description.
    Je sais que je ne peux pas vivre sans les odeurs que j’aime, que je pends à mon cou des minuscules flacons avec des bouchons de liège qui laissent passer les parfums. Je change au gré de mon humeur, de mes besoins genre réconfort. Et là je n’utilise qu’une essence, une seule.
    Mais l’une que je préfère, c’est celle là, juste là dans le cou de mon homme. Unique et envoutante …

    Les médecins bouddhistes, en tout premier, sentent l’urine du patient et ils en savent déjà beaucoup avec cela.

    Une odeur, c’est une plante, une fleur, une résine, c’est toute la terre et souvent bien davantage.

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 13, 2011 @ 21:20:45

      Ah, et pourquoi donc ne seriez-vous pas « nez » ?

      De toutes façons je ne donnais pas une définition, juste des exemples des choses plus ou moins bizarres qui peuvent caractériser le petit « nez » que je suis… J’espère d’ailleurs que ceux qui travaillent du nez, même en amateur, pourront nous faire partager leurs propres bizarreries à inclure à cette liste.

      Mais j’ai l’impression que je vais avoir peu de participants, peut-être un peu parce qu’il y a moins de « nez » que de perfumistas.

      Réponse

  6. NezHerbes
    Sep 15, 2011 @ 11:15:06

    (Je répondais à un commentaire supprimé à la demande de son auteur car hors sujet, le terme « perfumista » ayant été mal compris).

    S’il est évident qu’il y a des points communs entre être « nez » et « perfumista », en particulier une passion du parfum et une attention particulière aux odeurs, ça reste bien différent et dissociable.

    Prenons mon cas pour illustrer certaines différences.
    Je ne suis pas un « perfumista » dans la mesure ou ma curiosité envers les sorties de nouveaux parfums est extrêmement limitée et ou surtout, je n’imagine pas une seule seconde d’acheter ou de porter un parfum du commerce… Je me parfume d’ailleurs assez peu moi-même et presque jamais en journée en tous cas. (Pour le faire il faudrait que je sois certain de ne pas avoir besoin de mon nez… en vacances loin de mes flacons peut-être.)
    Ce qui m’intéresse, c’est de fabriquer de l’odeur, la production d’une émotion qui pourra raisonner avec la mémoire olfactive (ou l’instinct oflactif ?) de certaines personnes et que les gens pourront porter sur eux et partager est mon moteur. Par chance les aspects plus techniques ne me rebutent pas, ils m’intéressent même.

    A contrario la plupart des perfumistas ne semblent pas envisager de créer eux-même des parfums et certains (une minorité quand même je suppose) ne sont même pas du tout intéressés par les détails concernant la fabrication de ces choses qu’ils aiment pourtant sentir.

    Il n’y a évidemment pas de liens hiérarchiques entre les deux, nous existons en symbiose, l’un ne pouvant pas vraiment exister et s’épanouir sans l’autre, surtout pas dans ce que j’appellerai la parfumerie d’art.
    De même qu’il y a le cinéaste et le cinéphile ou le musicien et le mélomane, il y a le nez et le perfumista, c’est ainsi et c’est très bien comme ça.

    Que la composition soit en partie instinctive, primitive (j’aurais surtout dit intuitive) et que chaque créateur ait son propre style ça me semble indéniable et je crois d’ailleurs qu’il en va plus ou moins de même dans tous les domaines ou il y a création.

    Réponse

  7. Irène
    Sep 16, 2011 @ 09:21:59

    Je ne suis pas une perfumista (maintenant que j’ai bien compris ce qu cela voulait dire !) …

    Une chose que j’adore faire : m’installer tranquillement, sortir ma « boîte à trésors », aligner mes différents petits flacons d’encens de toutes provenance et les sentir, et sentir encore. Et m’émerveiller des différences. Pareil pour la rose.

    C’est drôle, je vois, effectivement, le même but quand je crée une odeur que quand je peins : provoquer une émotion.

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 16, 2011 @ 18:58:30

      Je vous comprends, c’est intéressant et agréable de constater les différences entre deux matières naturelles analogues.

      Dans le même genre ça me fait penser que j’aime aussi voir la moue étonnée de mes proches quand je devine au nez ce qu’ils ont pioché au hasard dans mes petits flacons.
      (Près de 300 flacons de solutions diluées généralement à 1/75 dans l’alcool. Je m’en sers parfois pour les premiers essais, surtout quand je ne suis pas à l’endroit ou sont stockées mes matières pures, en voyage par exemple c’est très utile…).

      Ce qui m’étonne le plus en fait ce n’est pas de réussir à deviner ce qu’on me fait sentir puisque ce sont des matières que je connais et que j’ai choisies pour mes compositions. C’est plutôt de voir à quel point la plupart des gens ont du mal à mettre un nom sur une odeur… Je sais que c’est une question d’habitude mais souvent on me dit « Ah mais je connais très bien cette odeur… par contre je ne peux pas dire ce que c’est ! » et ça m’étonne toujours un peu qu’on connaisse et qu’on ne sache pas vraiment nommer la chose que l’on a pourtant plus ou moins reconnue.

      Oh et puis allez, un petit article en rapport avec ça ! 😀

      PS : Pas si petit finalement, en fait j’ai développé un peu l’idée…

      Réponse

  8. Lyjazz
    Sep 16, 2011 @ 23:10:28

    Oui, je connais une odeur à nulle autre pareille : celle de mon bébé qui vient de naître, celle du liquide amniotique, donc celle de mon intérieur transformé pour mon bébé.
    Je sens cette odeur dans l’haleine de mes garçons quand ils vont bien.
    C’est chaque fois envoutant.

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 17, 2011 @ 08:17:59

      Heu, là effectivement… encore qu’il faudrait sentir différents bébés qui viennent de naître/liquides amniotiques, pour comparer… :p)

      Le mien m’est arrivé tout nettoyé pendant que la maman se réveillait doucement de l’anesthésie qui avait finalement dû lui être faite et je n’ai malheureusement pas assisté non plus à la perte des eaux mais de toutes façon l’odeur de son bébé c’est magique, même pour un papa (enfin, pour certains papas au moins).

      Réponse

  9. Séverine Dot
    Avr 07, 2012 @ 15:29:25

    tout ce listing me corresponds et pourtant je ne sais pas parfumer , par contre j’aime accorder les gouts et odeurs aussi bien en cuisine qu’a la fabrication des cosmétiques maison ,alors peut être dans l’avenir je pourrais devenir un « nez »?
    (ps : merveilleux blog)

    Réponse

    • NezHerbes
      Avr 09, 2012 @ 00:28:19

      Chère Séverine, pour devenir « nez », tout ce qui n’est pas dans le nez est dans le désir d’imaginer des odeurs et de les sentir. Puisque vous êtes venue jusqu’ici pour me lire je pense que le sujet vous intéresse, l’envie y est donc ou elle n’est pas loin et si vous vous retrouvez dans cette liste, le nez, la mémoire et l’imaginaire nécessaires sont là aussi, donc qui sait… ?
      D’ailleurs les compositions parfumantes pour cosmétiques sont généralement bien faites par des nez elles aussi et j’ai toujours considéré que créer des saveurs en cuisine se rapprochait du travail d’un nez, vous l’êtes donc déjà un peu.

      Merci pour le compliment, le blog est un peu en sommeil mais j’espère bien m’y remettre prochainement (n’hésitez pas à vous abonner pour être prévenue quand ça se produira, puisque ce blog semble vous plaire). Les sympathiques commentaires sont en tous cas une source de (re)motivation 🙂

      Réponse

  10. Phoebus
    Avr 14, 2012 @ 10:57:25

    Mon dieu je ne pensais pas me reconnaitre à ce point dans cette liste !! Enfin à part pour les 3, 7 et 10. Et en ce qui concerne le 14, ma foi je peux très bien en comprendre l’état d’esprit puisqu’il m’arrive assez souvent de me lever en pleine nuit, mettre mon casque et composer sur mon piano (quand ça m’arrive je boucle une chanson en une heure… De jour, ça s’étale sur des semaine, souvent des mois !).
    Quand à devenir nez, tout est possible à mon âge, mais là je ne suis pas parti pour…

    Réponse

    • NezHerbes
      Avr 14, 2012 @ 13:23:38

      Merci de votre visite Phoebus. Vous sachant perfumista et vous découvrant compositeur, je ne suis pas surpris que vous puissiez vous retrouver en partie là-dedans !
      Vous avez raison, tout est possible (surtout pour un jeune mais même assez tard dans la vie) le problème c’est que oui mais… pas en même temps ! Certains ont la chance de réussir à cumuler plusieurs choses mais malheureusement ce n’est pas toujours possible, selon les gens, selon les vies.
      De ce point de vue il est une personne que j’apprécie particulièrement, surtout sa musique et sa plume, c’est Charlélie (ex) Couture.
      Ce gars là est également un peintre et sculpteur apprécié. Un « multiste » assez incroyable.

      Comme je suis (et pas seulement moi) convaincu qu’il y a tout particulièrement des similitudes entre musique et parfum.
      Pourquoi pas un Phoebus « componez » ou « neziteur » ? 😀

      Réponse

  11. ambronyx
    Juil 28, 2012 @ 14:48:08

    Si je suis un « nez », je ne sais pas… mais si je l’étais, il y aurait quand même encore pas mal de boulot pour en faire un bon outil de précision! Et vos écrits ne font que me le confirmer… (mais ne vous y tromper pas, tout ce que je lis de vous m’apprend énormément sur un sujet qui me tient à coeur et sur lequel on ne trouve malheureusement pas souvent d’utiles et fiables informations).

    Oui, Paracelse donne des odeurs a diverses maladies! Bon, je ne sais plus dans lequel de ses écrits j’ai lu ça… mais à chacun de nos états, de santé et d’âme, correspond une odeur spécifique, dont la fragrance varie subtilement (ou non) d’une personne à l’autre (ça, ce n’est pas de Paracelse, mais de moi).

    J’avoue avoir du mal à concevoir que quelque chose puisse matériellement exister et ne pas avoir d’odeur. Que l’on ne sente pas une odeur est une chose, qu’elle n’en ai pas en est une autre. Je crois l’avoir déjà dit ailleurs, mais le nombre de fois ou, en balade botanique, le guide m’a dit « cette fleur ne sent rien », alors qu’en me penchant pour la humer… ben non, pas d’accord…

    Dans votre liste, je me retrouve dans bon nombre de points (sauf peut-être celui qui énumère les noms scientifiques des substances odorantes, là, par contre…), je ne vais pas tous les commenter, ce serait trop long! Mais j’ai quand même envie de rebondir…

    Je vois parfois les gens me regarder avec perplexité alors que je suis en train d’essayer de « sniffer » discrètement (visiblement, c’est raté!) l’odeur sur mes doigts (ce qui arrive très souvent). Mais force m’est de reconnaitre que si je me laisse aller, je dois certainement approcher l’état de transe 😀

    Je crois que le point qui m’a le plus touchée, c’est le 10. Enfin, décliné à ma manière : il y a des odeurs, de plantes ou non, que je rêve d’emprisonner dans une petite fiole. Et cela, depuis toute enfant. Et d’une manière tellement viscérale que cela m’a même déjà tiré des larmes des yeux (bizarre vous disiez? :D). J’ai ce désir intense de manier les odeurs, mais aussi de les extraire, de les capturer… peut-être même encore davantage. Ca doit être mon côté Grenouille 😉

    Et le 12, oh le 12! Pas plus haute que trois pommes, je me sentais mourir dès que mon nez se retrouvait bouché…

    Bon, je vais m’arrêter là… pour mieux continuer à vous lire 😉

    Amicalement,

    Svava

    Réponse

  12. NezHerbes
    Juil 28, 2012 @ 22:47:15

    En effet, les personnes ont une odeur, variable selon divers paramètres au delà de la nourriture et de l’état de santé. C’est parfois perceptible sur la peau elle même mais plus encore dans la sueur, l’haleine et… le reste de ce qui peut sortir d’une personne.
    J’ai finalement eu la flemme de continuer cette liste mais comme vous y revenez j’en ajoute 2.
    Merci pour votre témoignage, je suis heureux de voir que ce qui parle aux uns ne parle pas forcément aux autres mais que finalement les gens d’odeurs et de parfums passant par ici se retrouvent souvent dans certaines de ces lignes.
    En les écrivant et plus encore en les relisant je me rends bien compte que tous les créateurs d’odeurs, plus ou moins pro, et plus ou moins attachés à l’industrie n’écriraient ou ne correspondraient pas tous aux mêmes lignes mais peu importe, ce n’était une fois de plus que prétexte à un peu de discussion et quelques sourires.

    Réponse

    • ambronyx
      Juil 29, 2012 @ 06:57:02

      Ah, pour le coup, j’adhère aux deux points ajoutés! J’ajoute les boutiques qui ont une section parfumerie par laquelle on est obligé de passer, et que je traverse rapidement la main sur le nez sous peine de tourner de l’oeil…

      Ravie de vous lire à nouveau NezHerbes 😀 Et j’abonde dans votre sens (de l’odorat?), car c’est dans la différence que nous pouvons apprendre les uns des autres, et finalement se rendre compte que l’on se rejoint, plus souvent que l’on ne l’imagine…

      Réponse

  13. NezHerbes
    Sep 27, 2012 @ 21:19:40

    Me lire à nouveau… c’était quand même le mois dernier ! 😉

    Mais merci quand même Svava, il est vrai que ces derniers temps je ne suis pas très présent sur la grande toile parfumée. 🙂

    Réponse

  14. Svava
    Oct 01, 2012 @ 15:50:23

    Ah mais ça c’est la rançon du succès cher NezHerbes, voilà ce qui arrive quand on parvient à tenir ses lecteurs en haleine 😉

    Réponse

  15. makura
    Jan 22, 2013 @ 18:20:55

    Je viens « par hasard » de découvrir votre blog et j’avoue qu’il « m’inspire ». Une odeur, ça transporte dans un autre monde, et l’émotion est toujours au rendez-vous quelle qu’elle soit. Qu’elle soit bleue, verte, jaune, en La, en Si, les 5 sens en sont flattés. Je n’ai par contre pas compris (ça ne doit pas être encore dans mon univers) le point 15. Pouvez-vous m’expliquer ?

    Réponse

  16. NezHerbes
    Jan 24, 2013 @ 16:56:15

    Bienvenue Makura,
    Le point 15, c’est d’imaginer parfois une odeur pour une personne, par exemple en simplifiant (caricaturant ?) fortement : Je verrais bien cette dame sentir la violette, du vétiver irait fort bien sur ce monsieur, etc.
    Sauf qu’on peut imaginer des parfums et pas de simples odeurs issues d’une seule matière… par exemple sur elle je verrais bien une rose noire, poivrée et boisée arrondie de mimosa… (enfin là ce n’est encore qu’un exemple).
    On peut avoir envie de coller sur quelqu’un un parfum connu comme un Shalimar ou une Eau Sauvage ou un Poison (là aussi je prends des exemples bien classiques…) ou au contraire imaginer qu’il faudrait une chose totalement originale (selon la personne et l’envie…).
    Pourquoi imagine-t-on ça ? Question de physique, de look, de personnalité si on la connaît…et là encore selon l’envie personnelle de celui qui imagine, selon les rapports éventuels à la « victime » potentielle du sournois parfumeur imaginatif, les émotions qu’elle fait naître en vous (ou pas…). Bref, j’ai un peu de mal à vous faire une synthèse de ce point 15 mais j’espère que maintenant vous avez une idée de ce que je voulais dire, sinon c’est qu’effectivement vous n’avez pas ce trait (cette bizarrerie ?) là d’un « nez ».

    Réponse

  17. makura
    Jan 24, 2013 @ 18:01:55

    Merci de ces précisions. Cette émotion, ce ressenti « parfumé » je l’ai eu quand j’ai offert du parfum connu. Ma mère s’est retrouvé à porter « Jardins de Bagatelle », suite à une fête des mères …. et l’a finalement adopté, car elle adorait la saison du printemps et celle de l’été, l’odeur du muguet et des roses. C’est vrai que composer en pensant à une personne n’est pas encore dans mon registre, je ressens davantage un lieu, un souvenir, un instant, un ciel, une heure de la journée, un moment. Mais bon, tout change …. Quand je peignais, je partais avec une idée et me retrouvais avec « autre chose » à la fin, donc ….

    Réponse

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :