En fleur (ons)

Vos commentaires encourageants de l’article sur l’enfleurage m’ont poussé à vous faire partager ça dès maintenant car c’était prévu de longue date mais là c’est le moment ou jamais pour que vous puissiez en profiter, c’est la saison, ça commence à fleurir !

Voici donc la petite présentation d’un arbuste en fleur en ce moment (dans ma région) et qui mérite un enfleurage !

L’Eleagnus

Comme vous l’avez déjà compris j’aime tout particulièrement cette plante (et son odeur).

Pour la plupart, vous avez dû en croiser souvent sans savoir ce que c’était et sans lui prêter une grande attention, peut-être même avez vous senti l’odeur puissante de ses fleurs sans les voir, peut-être même sans parvenir à dire de quelle plante des environs était sortie cette odeur… J’ai été dans ce cas également les premières fois ou j’ai senti cette odeur ! 🙂

Si je vous dit que c’est un arbuste (un peu) épineux servant à faire des haies sur lesquelles on ne voit généralement pas de fleurs ça ne semble pas très excitant…

Pourtant, cet arbuste très utilisé du fait de sa résistance (à presque tout), de sa vigueur et de la persistance de ses feuilles qui en font un incontournable des haies est aussi une plante remarquablement odorante au moment de la floraison.

En fait il a même encore des nombreux avantages.

Il est simple mais je le trouve beau, y compris dans sa version au feuillage panaché de jaune qui sait éviter de donner l’impression de plante en plastique qu’on a parfois avec les plantes ornementales à feuillage panaché.

Ses fruits sont comestibles, ce sont de petites baies allongées aussi discrètes que ses fleurs.

Photo d'un Eleagnus x ebbingei en fleur

Un Eleagnus x ebbingei en fleur (photo de Jean-Jacques MILAN)

Mais surtout, revenons-en à son odeur !

Les petites fleurs cachées à l’aisselle des feuilles ont l’originalité d’apparaître à la fin de l’été, dès mi août ou au début de septembre et jusqu’aux premiers froids d’octobre.
Elles sont assez coriaces, résistantes comme le reste de l’arbre, elle peuvent sentir pendant 48 h même posées au sec dans la maison, elle conviennent donc bien à l’enfleurage à froid ou elles n’ont pas tendance à moisir trop vite.

Elles diffusent généreusement un parfum puissant que je sens généralement à plusieurs mètres, je l’ai souvent senti en courant, parfois même en passant en voiture. J’ai même pu dans certains cas sentir un seul arbuste à près de vingt mètres !

Pour vous en décrire l’odeur, c’est un parfum floral discrètement épicé à elle seule !
J’y trouve un côté œillet bien prononcé avec quelque chose de plus tropical. L’élégance enivrante de certaines orchidées comme les Platanthera ou les Epipactis sans le fond vanillé.

J’ai perdu ma description (écrite je ne sais plus trop où le weekend dernier) et n’ai pas de fleurs sous la main, ni sous le nez du coup… mais je crois l’avoir assez bien en mémoire pour vous la décrire correctement.

Il y a en tête ce coté verdure presque animale que je trouve dans une jacinthe ou certains lilas, quelque chose qui tire discrètement vers une mousse terreuse ou un champignon. Mais c’est fugace et discret, on bascule très vite vers œillet et jasmin, pour affiner je dirais surtout les facettes ylang-ylang et clou de girofle de l’œillet puis du jasmin grandiflor avec son côté fleur du sud, chaude un peu fruitée et vaguement animale.

Au final c’est pour moi une des fleurs dont l’odeur est la plus magique, presque un parfum à elle seule, provocante mais pas trop, sirupeuse sans rien d’ écœurant ou de franchement sucré, épicée sans en gâcher le côté absolument floral, le côté frais  de mousse verte de champignon et les notes animales donnent de la profondeur sans lourdeur.

Et puis avec son bouquet de fleurs de jacinthe, ylang-ylang, œillet et jasmin, comment ne pas l’aimer ?

A moins que vous ne soyez absolument hostiles à l’œillet ou à ylang-ylang avec une pointe de clou de girofle je pense qu’elle est à chercher dans les haies environnantes si vous n’en avez pas au jardin et à faire absolument en enfleurage d’arrière saison !

(Ils en mettent très souvent dans les haies des lieux publics aussi, personne ne vous reprochera de leur voler une tasse de fleurs de-ci de-là… ;-))

Publicités

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. lys blanc
    Août 19, 2011 @ 19:32:09

    Merci infiniment pour cet article qui tombe à point nommé.
    J’en ai plusieurs dans ma haie,verts ou panachés et justement les verts commencent tout juste à fleurir. Je n’avais pas vu les fleurs mais en m’en approchant pour les tailler il y a quelques jours,j’ai effectivement senti leur odeur. J’en ai même parlé à mon mari !
    Alors là,ça va y aller l’enfleurage!
    J’admire ta façon de décrire le parfum. Je suis un piêtre nez, je dois peut-être essayer de me concentrer.
    encore merci.

    Réponse

    • NezHerbes
      Août 19, 2011 @ 20:37:11

      De rien, il fallait que je partage ça car c’est pour moi un enchantement de les sentir.
      Je regrette d’ailleurs que les maisons de matières premières a parfum n’en tirent rien à ma connaissance.
      Difficulté à récolter les fleurs ou à en faire l’extraction ? Manque d’intérêt pour le moment ? Je ne sais pas…

      Réponse

  2. Irène
    Août 20, 2011 @ 16:28:00

    Oui, c’est tout à fait juste !
    Il y a encore de belles découvertes à faire en cette fin (?) d’été.
    Merci

    Réponse

  3. Jeeks
    Août 21, 2011 @ 11:18:08

    Bonjour cher Druide! 😉
    Nous avons chez nous des kilomètres (ou presque..) de haies d’éleagnus, en ce moment leurs discrètes fleurettes pointent le bout de leur nez! Et c’est très juste: quel parfum! Je trouve qu’il y a une facette comparable au Lys blanc royal…
    Je ne suis pas une « technicienne » du parfum mais la méthode d’enfleurage est assez intéressante! Merci pour cet article!

    Réponse

    • NezHerbes
      Août 22, 2011 @ 21:32:22

      Bonjour chère Esméralda ! :p)

      Les grands esprits se rencontrent comme on dit car avant même de vous lire, en y repensant je me disais que je pourrais en fait décrire ça plus simplement encore en disant que ça sent la fleur de lys qui se serait frottée sur un clou de girofle (si, elles font ça parfois ! …)
      Bon, le clou de girofle en France (voire en Europe, voire en Occident…) ça ne fait pas rêver (la faute aux dentistes et leur abus d’eugénol) alors disons l’œillet.

      Sans être une « technicienne », si l’odeur vous plaît et que vous avez un peu de temps à passer comme ça… Ce n’est pas si compliqué et ça marche bien l’enfleurage, surtout avec « des kilomètres » d’éléagnus ! 🙂

      Moi je n’ai malheureusement plus le temps pour ça cette année (et avec cette canicule j’ai l’impression que les fleurs ont déjà bien souffert) mais je ne manquerai pas de travailler le thème en le reconstituant car la nature devrait me le permettre sans mal, il est envoutant mais il ne semble pas trop original notre ami l’éléagnus. On dirait qu’il a copié sur d’autres plantes et fait son mélange pour composer son propre parfum. Je verrai si je peux m’approcher du talent qu’il à eu en faisant ça.

      Réponse

  4. Marina
    Oct 17, 2011 @ 19:39:53

    Merci !
    Vous conciliez mes deux intérêts : les plantes et les « odeurs ».
    J’ai planté 40m d’éléagnus rien que pour le plaisir si fugace de leurs parfums. Je me désespérais de ne pouvoir partager ce plaisir avec mon entourage (au nez obtus !) à qui je n’arrivais pas à décrire les différentes facettes. C’est chose faite grâce à vous…alors merci de mettre des mots sur mes ressentis.

    Réponse

    • NezHerbes
      Oct 24, 2011 @ 13:12:38

      Bonjour et bienvenue Marina, (même si je réponds un peu tard)

      Une chance que nous partagions semble-t-il le même ressenti et la même passion pour cette odeur. Je suis heureux que ma description vous convienne.

      Réponse

  5. MirisEvgenia
    Août 31, 2015 @ 06:08:35

    Bonjour,
    Je découvre votre blog grâce à l’eleagnus, plante que je voudrais découvrir.
    Isabelle Doyen en parle dans ce podcast mis en ligne sur le site dont le lien est ici:
    http://faireletourdumondeenparfums.com/en-direct-avec-isabelle-doyen-parfumeur-annick-goutal/
    Visiblement, elle en a un extrait! mais de quel fournisseur?
    Lisant votre blog, je le trouve agréable, instructif et critique. Merci!
    Bonne continuation et espérant vous lire souvent!

    Réponse

    • NezHerbes
      Sep 08, 2015 @ 13:59:25

      Bonjour et bienvenue, comme vous le voyez à mon temps de réponse le blog est un peu en sommeil, famille, travail… la vie quoi.

      J’aime cette plante en tous cas, lisez donc mon article sur l’enfleurage si vous voulez vous essayer à en faire un extrait un jour.

      Pour ce qui est du blog j’y reviendrai sans doute tant il y a à écrire sur ce sujet qui m’est cher mais pour le moment j’ai trop peu de temps disponible par rapport à mon besoin de bloguer. En plus je dois dire qu’on a parfois l’impression de bien peu de retour pour le temps investi à écrire… alors ça reviendra mais je ne sais pas quand. En tous cas merci beaucoup pour ce sympathique commentaire, par contre je suis un peu déçu car le lien que vous indiquez ne fonctionne pas.

      Réponse

      • MirisEvgenia
        Oct 09, 2015 @ 19:18:15

        Un extrait, un jour…
        Un jour, un extrait…
        Avoir le temps de trouver Eleagnus et d’en extraire son suc.
        Je devrais trouver ce temps, tant que je vis!
        Famille, travail, la vie quoi!
        J’adresse mes encouragements pour continuer ce blog!
        Ah oui, j’ai lu que Bettina, la blogueuse, a eu des soucis (de piratage?), mais le lien est à nouveau fonctionnel!

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :