Tête / cœur / fond

Et pourquoi pas : cheveux, front, yeux, nez \o/ , menton, cou etc… jusqu’à orteils puis fond et … fin fond ?

En fait, suite à un article d’Irène, nous en sommes venus à parler de la façon d’écrire les formules des parfums.

Je disais qu’en général en essaie de classer les ingrédients par leur ordre dans le déroulement des odeurs du parfum, de tête vers fond (logique quoi, du début à la fin…).
Il paraît que tous les professionnels font comme ça (enfin, « on dit que » mais ça reste à prouver). En tous cas ça aide à mieux visualiser son parfum, tant pour soi-même que pour ceux qui lisent la formule ensuite.

(Enfin si tant est qu’on veuille leur mâcher le travail car parfois au contraire, on ne veut même pas que l’assistant ou « préparateur » puisse réellement savoir ce qu’il fait, alors on découpe la formule en morceaux, on numérote, on désorganise puis on re-mélange à la fin les morceaux bizarres ainsi préparés par plusieurs personnes différentes et ainsi on obtient son parfum dans le secret souvent cher aux parfumeurs… Encore que de nos jours avec les techniques d’analyse moderne le secret soit devenu un peu relatif.)

Irène me répondait que maintenant elle était très ordonnée, classant même en tête/cœur/fond, comme c’est si souvent fait.

Mais c’est là que je me suis emballé.

Moi à vrai dire il m’arrive de me laisser emporter par les notes et accords et de remettre en ordre après coup !

D’autant que j’avoue ne pas toujours savoir d’avance quelle matière se sentira avant l’autre. A part peut-être des gens travaillant sans cesse sur chromatographes je ne pense pas qu’il y ait grand monde qui maîtrise parfaitement ça de tête.

Quand à la distinction tête/cœur/fond elle est souvent tellement arbitraire que je ne l’utilise qu’occasionnellement, surtout pour décrire un parfum, parfois pour le formuler dans ma tête mais jamais sur le papier ou l’ordinateur.

Un parfum pouvant ne jouer qu’un seul accord du début à la fin (enfin j’exagère un peu, surtout en naturel) avoir un déroulement à 2 accords, à 3 aussi mais parfois 4 ou 5 ou …plus. Quand on travail sur un parfum on perçoit généralement bien plus de trois étapes dans son évolution, en principe c’est plus une mélodie de quelques dizaines voire centaines de notes ou accords (chaque matière naturelle jouant plusieurs notes, ou accords à elle seule).

Selon le support utilisé (touche dite « mouillette », peau ou autre…) et les conditions du lieu ou l’on se trouve (la température surtout mais aussi l’humidité et même théoriquement la pression atmosphérique) le rythme varie, les notes se jouent chaque seconde ou minute, puis peu à peu le rythme se ralentit, les notes s’enchainent toutes les heures voire… les jours.

Du coup, je me représente plutôt des suites de notes (suites continues, sans chercher à tenir compte du rythme pour ma formule car sinon il faudrait jouer sur les hauteurs des lignes…) et j’essaie d’ordonner mes matières d’après ça, même si elles peuvent jouer des notes séparées par des notes jouées par d’autre matière…

J’espère que je ne vais pas finir par causer des migraines à certains et qu’il y en a qui arriveront à suivre ma laborieuse explication. Du coup voilà, pour ne pas saboter plus le blog j’arrête là mais c’est pour ça que cette distinction tête, cœur et fond, je ne l’utilise pas beaucoup pour mes parfums, ou alors au départ pour schématiser, pour le concept. Une fois devant les flacons c’est trop complexe pour ne couper le parfum qu’en 3… et puis d’ailleurs, pourquoi tenir à tout couper en morceaux finalement ? 😀

Publicités

7 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. venezia
    Août 18, 2011 @ 07:45:02

    Merci pour votre explication personnelle très musicale.
    Personnellement , quand j’imagine -modestement- un parfum, il m’apparait comme une construction en 3D dans l’espace et chaque HE vient dans ma tête solidifier ou déséquilibrer son équilibre et son esthétique… difficile à expliquer, mais mon cerveau fonctionne comme ça! J’ai un peu la même sensation quand je sens l’arôme d’un vin.

    Réponse

    • NezHerbes
      Août 18, 2011 @ 20:32:41

      Moi je sens ça plus comme une musique effectivement mais de toutes façon c’est quand même à part de la vue ou de l’ouïe donc on le visualise/décrit comme on veut, ça reste comme… métaphorique.

      Réponse

  2. Irène
    Août 18, 2011 @ 12:15:18

    Ah ! Mais ce n’est pas tout à fait cela cher ami !
    Lisez mon article sur la pyramide olfactive :

    http://www.terra-amata.com/akimiti/archives/2324
    dans lequel je dis :
    « Ainsi que je ne saurais trop vous le rappeler, ne prenez pas au pied de la lettre la théorie de la pyramide olfactive. Par exemple, tous mes modestes parfums sont construits sans pratiquement aucune note de tête : cela veut dire que les notes de
    cœur deviennent note de tête, tout simplement. Pensez, votre parfum, pensez à ce que vous désirez obtenir, dans quelle catégorie vous l’imaginez, quelle est l’ odeur que vous souhaitez souligner. Nous verrons plus tard, l’importance des synergies, des accords. »

    J’ai entrepris une série sur la parfumerie afin, très modestement, d’aider les personnes qui lisent mon blog dans ce domaine et il faut bien commencer par le B-A BA. Et quand je donne une recette de parfum, je respecte cette distinction afin de les guider.

    Je pense très sincèrement que la façon de créer un parfum est extrêmement personnelle et il faut, comme vous le soulignez, faire attention au « passage » entre les étages de parfum que l’on sent.

    Donc, j’écris mon parfum. Et, bizarrement, je fais la partie tête en premier. C’est plutôt, celle que je « fixe » en premier. Car, Venezia l’a fait remarquer, je suis plutôt, « cœur et fond ». Rien n’est définitif quand j’écris la recette. Je rectifie au fur et à mesure mais j’avoue que, généralement, cela change peu. J’ignore par quelle grâce car c’est un métier et que je ne l’ai pas appris !

    Quand mes lectrices (et maintenant un ou deux lecteurs) parviendront à un certains stade – je pense à celles qui sont novices en la circonstance car d’autres savent parfaitement construire une synergie – elles n’auront plus besoin d’écrire et de décortiquer au sein de la pyramide olfactive.

    Il reste que j’avoue humblement que je suis absolument incapable de décrire l’un de mes parfums !

    Réponse

    • NezHerbes
      Août 18, 2011 @ 20:43:10

      Oh mais chère Irène je ne critiquais pas votre façon de faire. J’avoue qu’en tous cas je n’avais pas lu cet article là ou alors trop vite… 😀
      De toutes façon c’est la structure académique, vous n’y êtes pour rien et il est vrai que ça aide à représenter les choses mais… parfois cette structure fictive en trois plans m’agace.
      En plus on utilise souvent des fixateurs d’odeurs qui permettent de garder de la tête dans le cœur et du cœur dans le fond, voire de la tête dans le fond (ceci dit sans vulgarité ni arrière pensées salaces :s)

      En tous cas c’est étonnant ce que vous dites à la fin, vous avez du mal à décrire les parfums en général ou seulement les vôtres ?
      (J’imagine que vous allez me donner 15 liens vers des descriptions d’odeurs et de parfums que vous avez pu faire et que ma question est idiote mais je n’ai pas trop le souvenir de vous avoir lu décrire ce genre de choses)

      En tous cas même si je n’ai pas senti de parfums de votre création je ne doute pas que vous fassiez de jolies choses et les savons reçus sont déjà superbes 😉 Le « philosophe » je l’ai testé un peu plus et avec grand plaisir.

      Réponse

  3. Irène
    Août 19, 2011 @ 18:25:11

    Je sais décrire les parfums des autres personnes, pas les miens!
    Venezia m’a dit que c’était courant.

    Réponse

    • NezHerbes
      Août 19, 2011 @ 20:34:18

      Excès de modestie ? 😉

      Moi je pense savoir les décrire mais je n’aime pas le faire car s’ils me plaisent, en les décrivant j’aurais l’impression de me jeter des fleurs et dans le cas contraire à quoi bon décrire un parfum raté ? 😀

      Réponse

  4. Irène
    Août 20, 2011 @ 16:29:29

    C’est cornélien, n’est-ce pas ?
    Donc, merci aux personnes qui sont capables de décrire nos parfums !

    Réponse

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :