Iris nobile (edp) chez Acqua di Parma

Cet « Iris noble » d’Acqua di Parma, il m’a fallu le chercher un peu mais le voilà trouvé et senti. Je vous livre mon « point d’odorat » sur lui.

Ce que j’ai senti ou cru sentir sans informations extérieures :
De l’anis en tête, suivi de près par linalol et tubéreuse, (autre(s) fleur(s) peut-être un peu de rose et/ou de jasmin ?) , un côté un peu poudré en fond, avec la tubéreuse + vanille ou  tolu et peut-être un peu d’iris tout de même.

Ce que j’ai senti ou cru sentir (imaginé ?) de plus en m’appuyant sur des descriptions :
bergamote, ylang-ylang, fleur d’oranger (en même temps bergamote et/ou tubéreuse + linalol ça peut vraiment faire penser à une fleur d’oranger…), cèdre, mimosa, ambrette, mousse de chêne.

Ce que j’ai lu pu lire ici ou là mais pas sentir, même en faisant un effort :
patchouli, cire, cumin.
Pour moi le côté cire ou cumin décrit par certain provient essentiellement d’une facette animale de la tubéreuse.
Le côté patchouli … mystère, je me demande vraiment qui a pu sentir un patchouli là-dedans.

Je suis très étonné que ni la description « officielle » ni (presque) personne d’autre ne parle de tubéreuse alors que pour moi ce parfum tourne très clairement autour de cette fleur.

(Bon en cherchant un peu plus je vois qu’on parle bien de tubéreuse ici et . Ca me rassure quand même… mon nez n’est pas fou.)

En oubliant un peu les notes je le trouve très fleur blanche, très tubéreuse quand même, un petit air de « Fracas » en plus naturel et enveloppant !
(Je n’aime pas Fracas, contrairement à Iris nobile dont le seul défaut serait peut-être justement d’avoir pu me rappeler cette mauvaise blague de Piguet)

En fait quand on observe l’ensemble c’est peut-être bien une sorte de fleur d’iris très stylisée, pas très iris et moins animal que ne l’est sa fleur il est rendu très capiteux par une tubéreuse, elle-même rafraîchie (comme la fleur d’iris peut naturellement l’être) par des notes anisées et muguet.

Au final même s’il n’est pas particulièrement original il vaut le détour car c’est tout de même un beau bouquet de fleurs blanches très bien fait, ni trop discret ni trop exubérant, un parfum de diva italienne élégante et plantureuse.

Il possède une remarquable tenue en eau de parfum (je n’ai pas senti l’eau de toilette), ayez donc la main légère, surtout l’été…

Publicités

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Livonia
    Juil 12, 2011 @ 13:01:56

    Bonjour Nezherbes

    Et bien Iris Nobile est fédérateur et me permet de vous découvrir ici.
    Nous sommes donc à peu près d’accord sur nos ressentis car j’en disais qu’il était pour moi un bouquet de fleurs blanches (mais contrairement à vous je ne sens pas la prédominance de la tubéreuse, le tout étant très fondu, à mon nez).

    Cumin ? Patchouli ? alors là je me demande bien où on peut trouver ces notes dans I.N.

    La fleur d’oranger est pour moi présente dès l’ouverture et se déroule tout au long de la journée en se réchauffant et devient au fil des heures plus « confite ». Est-ce la combinaison fleurs blanches/fleurs d’o qui me donnent cette impression de note cire (j’y aurais vu des lactones) ? je ne sais pas mais elle est très présente à mon nez aussi au fil des heures, quand la fragrance se « patine » sur la peau.

    Quant à l’avoir baptisé Iris, cela reste encore pour moi une totale énigme….

    Réponse

  2. NezHerbes
    Juil 12, 2011 @ 13:40:59

    Bienvenue Livonia et merci de votre commentaire.

    Pour ma part je me demande toujours s’il y a de la fleur d’oranger mais au nez je ne le pense pas. Qu’il y ait un effet fleur d’oranger je veux bien même si sur moi l’illusion ne prend pas trop car je sens une tubéreuse+linalol…
    Confite ? Je pense que c’est donc bien la tubéreuse que vous sentez mais dans l’accord, en particulier parce que le linalol est bien présent, ça fait généralement penser à une fleur d’oranger.
    Ne voyez pas de condescendance dans cette question mais avez-vous déjà eu l’occasion de sentir une absolue de tubéreuse pure ?
    Je demande ça car à nouveau, pour la note cire que vous évoquez je suppose qu’il s’agit de la tubéreuse, en effet lactones que vous évoquez à juste titre sont présentes dans la tubéreuse comme dans la cire.

    D’ailleurs, la fleur d’oranger est une matière de faible tenue, une note de tête-cœur, fugace, fraîche et volatile que l’on doit prolonger habilement quand on cherche un effet fleur d’oranger qui dure, alors que la tubéreuse est beaucoup plus une note de cœur-fond, une fleur lactonique avec un effet miel de longue durée (qui peut être un peu lourde selon comment elle est travaillée).

    Concernant l’iris du nom, comme je le disais je pense que l’idée était justement de faire une fleur d’iris stylisée, plus capiteuse (plus italienne ?).
    Même si le résultat est réussi, je ne pense pas que le but soit atteint car justement la fleur d’oranger aurait été un meilleure chois pour s’en tenir à cet objectif. Le néroli possédant des facettes à mon avis bien plus proches de la fleur d’iris que la tubéreuse.

    Mais nous sommes d’accord, c’est un beau bouquet de fleurs blanches et c’est là l’essentiel ! 😉

    Réponse

  3. Jeeks
    Juil 13, 2011 @ 12:07:45

    Hello Livy et Nez!

    Eh bien voilà, qui-c’est-y-encore qui n’a pas pu sentir The Parfum qui fait rage ici et ailleurs….C’est Jeeksie….. !!!
    Je ne peux même pas en débattre avec vous alors j’absorbe vos dires! 🙂
    @ très vite.

    Réponse

  4. NezHerbes
    Juil 13, 2011 @ 19:58:01

    Oh, pauvre petite Jeeksie ! 😥

    Enfin « fait rage ici », pour moi techniquement il est réussi et assez agréable mais il ne me fait pas vraiment vibrer non plus. « pas particulièrement original » comme je disais en conclusion, il lui manque un petit quelque chose pour me séduire au point que j’ai envie de le sentir encore et encore…

    Je vous fais passer en privé une adresse qui devrait vous intéresser et peut-être vous donner une occasion de le sentir.

    Réponse

  5. Jeeks
    Juil 14, 2011 @ 07:18:26

    Oui volontiers, merci NezHerbes ! 🙂

    Réponse

  6. NezHerbes
    Juil 15, 2011 @ 14:19:10

    Voilà, iris pour l’image d’en-tête du blog, assortie à l’article pour une fois…

    Réponse

  7. Livonia
    Juil 20, 2011 @ 14:26:02

    NezHerbes et Jeeks,

    Iris Nobile edp est pour moi LE coup de coeur de ces derniers mois (et Jeeks qui me connait bien sait que mes coups de coeur sont rarissimes). Oui il est de facture assez classique mais il a ce petit twist assez coquin qui le met un peu à part. Il cache assez son jeu d’apparence très sage, et je lui trouve un petit air dévergondé qui me séduit. Un chemisier blanc immaculé, bien repassé, dont un bouton de trop aurait été défait, voilà ce qu’il m’évoque. Sage, en apparence, classique, en apparence toujours. Grace Kelly décoiffée, le feu aux joues 🙂

    Les coups de coeur ne s’expliquant pas, je ne cherche pas plus avant : je l’aime, je m’en parfume quasi quotidiennement depuis plus d’un mois, il me transporte et ne puis m’en passer.

    Réponse

    • NezHerbes
      Juil 20, 2011 @ 15:01:51

      Oui oui ça se voit, gros coup de cœur mais je peux le comprendre, contrairement à si vous aimiez Fracas ou l’Heure bleu…

      Je sais que l’Heure bleu a de nombreu(x?)(ses) adeptes… vu l’engouement qu’il suscite encore -n’est-ce pas Jeeks !- malgré certainement plusieurs reformulations à la c.. il est et surtout il a été un parfum très réussi c’est indéniable. Mais comme toujours c’est une affaire de goût, personnellement je ne saurais rien en dire tant il me donne littéralement la nausée ! Et je ne parviens pas à savoir pourquoi. (Et pourtant j’ai encore essayé de le sentir récemment sans succès… envie de vomir, sans exagérer, et sans identifier pourquoi.)

      Enfin longue vie à Iris Nobile ! Et pas de reformulations SVP, vous pourriez tuer Livonia ! 😀

      Réponse

  8. Livonia
    Juil 21, 2011 @ 08:40:47

    NezHerbes,

    J’ai longtemps porté l’HB puis il m’a, et pendant de très longues années, totalement plombée, plongée dans des abîmes de tristesse, déclenché des larmes en catharsis, me ramenant à une période très difficile de mon passé. Je l’ai laissé pendant près de 10 ans, et l’ai retrouvé (en extrait) l’année dernière. J’y suis allée prudemment et à pas comptés, sachant ce qu’il pouvait déclencher chez moi, mais point de larmes ni de douleur, juste une pointe inhérente à l’HB de nostalgie. Et là de nouveau patatra, je n’y arrive plus, il me tire tant vers le bas. Le grand amour est-il consommé et consumé définitivement ? Je ne saurais le dire. Mais s’il jalonne mon parcours de vie, il est certain qu’en ce moment je ne puis le porter sans douleur. Je comprends la nausée qu’il vous provoque. Moi, c’est la sensation d’étouffement, de gorge serrée, d’asphyxie, non pas dûe à ses effluves mais plutôt à la sensation qu’il me donne.

    Mais heureusement, oui, qu’Iris Nobile le solaire et joyeux est là pour sécher mes larmes heure-bleutées 🙂

    Réponse

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :