Après-midi mariosephofayettesque

Une histoire de Patchoulis perdus

Parti pour sentir Intriguant Patchouli et Patchouli Patch… (un samedi après-midi de début des soldes, mauvais choix). Je n’ai trouvé ni l’un ni l’autre et fonçant d’une petite parfumerie à un mario puis d’un seph aux fayettes… j’ai dû me faufiler entre une foule bariolée d’adeptes du sens-bon et de gentilles potiches aux allures de vendeuses pour finir quasi paralysé d’effroi à la vision d’une emo bitch de chez « Seph… » sur laquelle était écrit « Profitez de moi c’est mon dernier jour chez Seph… » et dans le dos « -50% » !

Emo girl

La vendeuse de parfum de demain ?

Soit la fille avait de l’aplomb et a eu elle-même l’envie d’une petite provocation qu’ils ont étonnamment accepté pour son dernier jour, soit ce sont eux qui lui ont demandé de bien vouloir se plier à ce « débizutage » et dans ce cas-là je dirais que ça me semble limite humiliant, que la pauvre fille a été trop gentille d’accepter et qu’elle sera sans doute durablement traumatisée d’avoir dû errer entre les rayons dans cet accoutrement qui a dû lui valoir toutes sortes de remarques sympathiques, agressives ou vulgaires… Le « profitez de moi » ayant du faire réagir les nombreux « beaux gosses » en plein bourgeonnement de testostérone qui traînaient dans les allées.

Bref, à part le trop de monde, trop d’odeurs, trop chaud et pas assez de formation pour les vendeuses, les parfums que je cherchais ont brillé par leur absence, si bien que je me suis rabattu sur toutes sortes de choses susceptibles de m’intéresser ou au moins de répondre à ma curiosité.
Mais la prochaine fois je trouverai la boutique de l’Artisan Parfumeur, son Patchouli Patch et le reste … ça fera l’objet d’un autre billet.

En attendant, comme choses (parfois re)découvertes ce samedi il y eu donc :
(Par ordre de préférence personnelle, du pire au meilleur)

Fracas de Piguet (Germaine Cellier, reformulation actuelle par Pierre Negrin)
Jasmin Noir de Bvlgari -prononcer bulgari- (Carlos Benaïm et Sophie Labbé de chez IFF)
Belle d’Opium d’Yves Saint Laurent (Honorine Blanc et Alberto Morillas, Firmenich)
Patchouli Molinard de Molinard (Peu importe…)
Louve de Serge Lutens (Christopher Sheldrake et Serge Lutens)
Idyle de Guerlain (Thierry Wasser)
Datura Noir de Serge Lutens (Christopher Sheldrake)
Cuir Blanc d’Evody (Mystère…)
Cuir Mauresque de Serge Lutens (Christopher Sheldrake et Serge Lutens)
Patchouli de Réminiscence de Réminiscence (Selon les auteurs M. Sozio en collaboration avec Zoé Coste ou Nino Amaddeo, Zoé Coste et Lilla, fille de Zoé Coste avec l’assistance d’un nez connu… sans doute Sozio ?)

Fracas

Heu… que dire… un début… débutant (j’ai oublié, ça n’a pas dû me marquer)
Un cœur vaguement floral capiteux et doux glissant très vite vers …la serviette de toilette trop longtemps réutilisée ou l’éponge qui a trop traînée. De tubéreuse il ne reste que la légende, peut-être s’est elle perdue dans la reformulation mais même en la reconstituant on aurait probablement pu mieux faire.
Globalement j’ai trouvé ça détestable et après avoir gardé la mouillette 3 jours pour vous écrire ce billet en ayant une trace de sa note de (fin)fond, ça sent toujours le truc moisi que je suis très heureux de pouvoir flanquer à la poubelle sans plus attendre !

Jasmin Noir

Alors jasmin paraît-il … mais depuis quand n’ont-ils pas senti un jasmin ???
On sent bien qu’ils ont voulu faire quelque chose de floral et un effet « noir » mais pour moi c’est chimique de bout en bout et surtout nulle trace du jasmin annoncé, de plus une molécule m’écœure, je ne sais pas laquelle mais pour ma truffe c’est insoutenable. (Une surdose d’anthranilate de méthyle peut-être ?
Il a une bonne tenue par contre, mais en l’occurrence pour moi ce serait plus un défaut…
Oubliez ça et allez sentir un Jasmin de Nuit de The Different Company si vous voulez un jasmin du soir plus honorable !

Belle d’Opium

Bon, on arrive dans le domaine du supportable, enfin pas la note de tête était d’une dissonance à presque me faire lâcher la mouillette. Un côté fruité floral (aux vraies pelures de fruits mélangées ?) indéfinissable…
Ensuite ça se fait plus harmonieux dans le fruité floral glissant vers l’ambré mais pas très original, pour finir sur un honnête fond à souvenir floral, oriental avec un côté tabac vaguement coumariné… du classique, ça doit pouvoir plaire. Trop fleur blanche synthétique pour moi en tous cas.

Patchouli Molinard

Le premier de la liste que je n’ai pas retrouvé repoussant. Sans grand intérêt certes mais acceptable avec un côté assez naturel.
Par contre, encore un qui ne tient pas bien ses promesses, le patchouli y est très fugace, on l’imagine plus qu’on ne parvient à le sentir .
En tête, une déferlante d’hespéridés, c’est frais, acidulé, pour moi c’est un parfum d’homme.
L’effet Cologne tourne vite au savon à barbe, pas désagréable mais plus que classique.
La tenue est très modeste, on a tout de même un petit côté oriental en fond mais c’est du léger et toujours sans patchouli…

Louve

Pour du Lutens… Contrairement à certaines personnes je trouve cette louve originale, pas franchement orientale, d’une tenue bien modeste et globalement pas très réussie (pour du Lutens en tous cas) mais sympathique tout de même.
En tête … surprise je n’ai pas pu m’empêcher de sourire largement comme je l’ai lu sur le blog Ambre Gris.
En effet j’ai trouvé sympathique car osée cette grande bouffée d’amande doucement amère.
Pour les connaisseurs c’est probablement plus de l’héliotropine avec un soupçon de benzaldéhyde, ça fait son petit effet inattendu. Ensuite ça glisse doucement vers le floral poudré, un côté rose et un fond franchement mimosa.
Mon principal regret le concernant, trop discret pour les notes de cœur et de fond, ça manque de tenue.

Idylle

Pour du Guerlain… Je dois dire que j’aime bien le muguet, ça tombe bien, ça m’a amusé tellement c’était muguet.
En tête très muguet vert, en cœur moins vert mais très muguet… Et c’est là que ça devient moins drôle, elle est où ma guerlinade ?
En fait il semble qu’ils ait décidé de l’oublier, ou alors c’est un problème de traduction, un allez-retour du français à l’anglais et ils on cru bon d’y mettre de la girlienade, un truc de fille, de petites filles même. Car à trop chercher la guerlinade on trouve un côté fruité qui glisse vers un fond de musc synthétique des plus passe-partout et médiocres.
Un joli muguet pour jeunes filles mais pas d’originalité, pas beaucoup de tenue non plus avec un fond quasi inexistant, on savait faire mieux que ça chez Guerlain dans le temps.

Datura noir

Tout un programme, une belle fleur narcotique dont l’odeur m’est finalement inconnue. (Oui, nobody’s perfect…)
A nouveau ce n’est pas mon Lutens préféré, loin de là, en fait je le trouve assez linéaire, floral et capiteux du début à la fin.
Bonne tenue, un peu le défaut du Jasmin Noir décrit un peu plus haut mais en Lutens la molécule suspecte reste supportable.
Pour qui ne craint pas cette odeur non identifiée qui me dérange un peu c’est sans doute un beau parfum de fleur blanche et capiteuse à laquelle on a donné des accents nocturnes et narcotiques.

Cuir Blanc

Découverte d’Evody… Honnête, pas de quoi en faire des tonnes non plus mais l’entrée en matière au cuir assez présent est sympathique. C’est un peu aromatique, limite épicé, assez harmonieux. Ca tourne vite au floral poudré avec un ambré et de bout en bout un cuir blanc en filigrane sympathique pour qui le veut discret. Pas d’extravagante originalité, un cuir chic et propret.

Cuir Mauresque

Un Lutens digne de Monsieur.
Avec ce troisième Lutens de ma petite série du samedi je retrouve enfin une chose digne de sa signature.
Enfin du caractère et des promesses tenues, car dans ce cuir mauresque vous ne chercherez ni le côté cuir, ni le côté mauresque, les deux y sont clairement. En tête un vrai cuir vous chatouille délicatement les narines. Ensuite je ne veux pas détailler chaque facette de peur que ma mémoire me joue des tours mais on trouve une bonne profondeur de notes épicées et un côté oriental proche de la pâtisserie. En lui cherchant vraiment un défaut (autre que les inévitables mais discrètement harmonisées notes de synthèse) on pourrait dire que vers la fin le côté cuir laisse un peu trop la place à l’ambré musqué mais sinon c’est presque un sans faute.

Et finalement celui qui restera vraiment mon préféré et seul véritable plaisir de ce samedi

Patchouli de Réminiscence

(Version eau de toilette « normale »)

Oh mais quoi de plus classique qu’un patchouli me direz-vous. Et en plus celui-ci l’est véritablement !
A quoi je vous répondrai sans hésiter qu’il vaut mieux un beau classique qu’une clinquante chose moderne.
Cette chose si classique je pourrais en parler longuement mais je vais essayer de m’en tenir à l’essentiel.

Il est franc, en tête c’est une bonne bouffée de patchouli véritable qui vous frappe de plein fouet faisant plus penser à une chose terreuse et masculine, puis rapidement le patchouli s’affine sur des notes de cèdre et vétiver. La symphonie réussie de l’accord ambré gourmand du labdanum à la coumarine et de la vanille balsamique monte progressivement en arrière plan, faisant prendre conscience que cette gourmandise est ouverte à tous. Hommes comme femmes, jeunes ou vieux.
La tenue est exceptionnelle, trois jours après je retrouve encore sur la touche mon patchouli vetiver vanillée comme une pâtisserie orientale. L’ambre synthétique reste assez discret pour ne pas me gêner.

Il n’est pas original mais quel beau patchouli !
Bravo aux créateurs.

Patchouli

Patchouli

A noter qu’il en existe une version « light » à boite jaune (sur mouillette après avoir senti la version normale je ne sentais presque rien, logique… mais je n’ai repéré la boîte jaune qu’après coup.) et une version « élixir » eau de parfum que je n’ai pas pu tester.

Si vous en savez plus sur la création de ce parfum et sur ses créateurs (En particulier Sozio, qui aurait créé ou participé à la création de Mûre et Musc pour l’Artisan Parfumeur mais sur lequel on trouve peu de choses sur la grande toile), n’hésitez pas à nous renseigner par vos commentaires !

Publicités

16 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Jeeks
    Jan 20, 2011 @ 08:47:35

    Deux patchoulis perdus , deux de retrouvés!
    Eh bien quel courage NezHerbes! Affronter la foule hystérique des soldes, même pour le plus divin des parfums, je m’abstiendrais…
    Je suis tout à fait en accord avec vous concernant les eaux que vous avez eu l’occasion de sniffer ce jour-là! Mêmes opinions!
    J’emets tout de même une petite réseve concernant le Jasmin de Nuit de TDC, que je trouve très fin, mais un tantinet trop épicé en badiane ou anis.
    Pour moi les plus beaux jasmins sont A la Nuit, Sarrasins de sieur Lutens et
    Jasmin Full chez Montale.
    J’espère que vous aurez l’occasion de vous approcher de mon animal favori (Intrigant Patchouli) un de ces jours :o) Attention il est hypnotique… ;o)
    Bravo pour ce billet divertissant et non dénué d’interêt !

    Réponse

  2. valdelia
    Jan 20, 2011 @ 10:13:02

    Très intéressante revue de parfums qui me fait sourire plus d’une fois !

    « Girlienade » : j’aime la formule ! Bien sentie, si je puis dire ! 😉
    Et soupir pour feu la guerlinade, désormais remplacée par ce que certains veulent à tout prix nommer comme nouvelle signature : muscinade !
    Je me retiens d’écrire c***nade !!! Ah non, je l’ai écrit ! hi hi hi !

    Votre avis sur Fracas est des plus fracassants pour un parfum qui me fracasse la tête…la faute à la tubéreuse ! Alors si j’apprends maintenant qu’elle est mal lavée, je comprends mieux mon effroi !

    Les autres parfums évoqués me laissent de marbre, ou presque, hormis Cuir Mauresque de Tonton Serge, un cuir « comme là-bas, dis », qui parle tout à fait à mon imaginaire, et à mes sens.

    Merci de vous êtes sacrifié pour notre plus grand plaisir !
    V.

    Réponse

  3. NezHerbes
    Jan 20, 2011 @ 11:48:53

    Merci pour ce commentaire Jeeks.

    Nul courage, c’était un accident, j’avais oublié que les soldes avaient commencé…
    Je dois avouer concernant le Jasmin de Nuit de Patchouli que je l’ai senti pour la dernière fois à l’automne 2009, je ne peux donc rien en dire de plus détaillé. Simplement à l’époque je crois me souvenir qu’il ne m’avait pas déplu et un « Jasmin de Nuit » me semble un bon remplaçant pour un « Jasmin Noir » défaillant.
    Je dois avoir des cires de Lutens dans un coin de mon bureau, je vais voir si je retrouve les deux à que vous évoquez car je ne m’en souviens plus très bien. Je ne connais pas celui de Montale, à sentir un jour donc…

    Réponse

  4. NezHerbes
    Jan 20, 2011 @ 11:54:06

    Bienvenue par ici Valdélia,

    Pour fracasser encore un peu plus… En fait, je n’y retrouve même pas ma tubéreuse, la vraie, celle que je connais en absolu.
    Connaissant déjà votre goût pour les cuirs, je ne suis pas surpris concernant votre perception de celui de « Tonton Serge ». (Quelle chance vous avez d’avoir un tel tonton :D)

    Réponse

  5. Le Gnou
    Jan 22, 2011 @ 20:27:04

    Et bien, quelle épopée !

    Pour répondre au message personnel, je ne connais pas Jasmin Noir…

    Il y a certainement de l’anthranilate de méthyle dans Fracas puisque l’accord floral est basé sur la tubéreuse et la fleur d’oranger, deux senteurs caractérisées par cette molécule (entre autres) .
    Dans Datura Noir, il y en a sans doute aussi (encore la tubéreuse). Renseignements pris, le jasmin revendiqué dans Jasmin Noir de Bulgari est le jasmin sambac qui diffère du jasmin grandiflorum par la présence non négligeable…d’anthranilate de méthyle. D’ailleurs, dans ces différentes fragrances, les fleurs citées doivent certainement être largement reconstituées, avec peut-être une pointe d’extraits naturels véritables en plus, un truc classique des parfumeurs pour des raisons de contrainte budgétaire.
    Maintenant, l’anthranilate de méthyle peut-il être écœurant ? Pour ma part, je ne trouve pas la matière écœurante ; pure l’odeur est juste un peu chimique, du fruité-chimique. A la limite, l’acétate de benzyle (toujours le jasmin) est plus agressif.
    Dans Datura Noir, il y a aussi des facettes amandes et noix de coco plus sucrées, qui ont plus de chance d’être écœurantes.

    Mais si tu n’as pas été écœuré par Louve, ce n’est sans doute pas cela ; car Louve est le Lutens le plus sucré, le plus confiserie.

    Le Patchouli de Molinard est quand même bien patchouli (heureusement…), mais c’est un patchouli « clair » ou un patchouli « fraction », débarrassé des notes de terreuses et moisies. D’ailleurs, c’est le même type de patchouli dans Patchouli Patch de l’AP, agrémenté de manière différente. Même que certaines amatrices (et -teurs) préfèrent le Molinard au Réminiscence qui est trés baumes-vanille, même si le patchouli y est peut-être un peu plus brut.

    PS : je pense à ton échantillon n°3, je l’avais oublié en chemin 😉

    Réponse

  6. NezHerbes
    Jan 23, 2011 @ 00:30:07

    Merci Le Gnou, la note chimique écœurante restera donc un mystère pour l’instant car bonne idée de rappeler l’anthranylate du Sambac …qui ne m’écœure pas mais ça fait quand même un peu note de « marqueur » genre surdose d’anthranylate si on en croit ton sujet sur cette molécule.

    En tous cas je préfère oublier Jasmin noir et Fracas … en espérant ne pas les croiser un jour accidentellement !

    Réponse

  7. NezHerbes
    Jan 23, 2011 @ 19:49:07

    @Le Gnou
    Merci pour ton intéressant commentaire mais pour une fois je ne suis pas trop d’accord avec toi.

    J’oubliais de dire qu’on a parfaitement le droit de préférer le Molinard (heureusement pour eux) les goûts et les odeurs…
    En revanche leur « patchouli fraction » a été réellement fractionné pour le coup.
    Dire que « le patchouli y est peut-être un peu plus brut » à propos de celui de Réminiscence est un euphémisme. Prétendre que celui de Molinard mérite le nom de « Patchouli », de mon point de vue c’est exagéré…
    Patchouli Patch manque à ma mémoire olfactive, j’ai prévu de le sentir très prochainement, nous en reparlerons.
    Edité le 25/01 :
    Je l’ai enfin senti et à mon avis il n’est pas à comparer à celui de Molinard car le patchouli, bien que finement équilibré avec ses autres notes, y est nettement présent de bout en bout, c’est un patchouli discret mais il est clairement là. Chez Molinard c’est un patchouli prétexte, dont on retrouve au mieux une pointe dans le fond !

    Louve est selon toi le plus sucré des Lutens … ? :O
    Te souviens-tu de Rahät Loukoum ? 😀
    Et à mon avis il y en a même quelques autres de plus sucrés…
    Mais peut-être que j’avais senti trop de chose ce jour-là ?
    Je ne peux pas l’exclure totalement.

    Si des visiteurs veulent indiquer leur top 3 des Lutens les plus sucrés c’est ici que ça se passe ! 🙂

    Réponse

  8. Le Gnou
    Jan 29, 2011 @ 11:28:54

    Pour le patchouli de Molinard, j’en parlais de mémoire, il faudra que je le re-teste un de ces jours. Dans ma mémoire, c’était un patchouli très « clair » (ni camphré, ni terreux) agrémenté d’un accord cologne classique et rassurant.

    Réponse

  9. Le Gnou
    Jan 29, 2011 @ 11:37:39

    J’ai oublié de répondre à propos des Lutens sucrés.

    Je me suis sans doute avancé en écrivant que Louve est le plus sucré, car je ne connais pas tout les Lutens !

    Mais Louve est tout de même très confiserie. Plus que l’amande, c’est la cerise que j’y sent, la cerise des liqueurs (kirsch) ou la cerise confite (sur le gâteau 😉 ). Dans certaines matières premières de parfumerie, il y a d’ailleurs cette ambiguïté entre amande et cerise ; je pense au benzaldéhyde et dans une moindre mesure à l’héliotropine.

    Réponse

  10. NezHerbes
    Jan 29, 2011 @ 19:51:44

    En effet là je suis déjà plus d’accord, ils auraient pu l’appeler « Cologne de Molinard » ! ;D

    Pour l’ambiguïté amande/cerise c’est normal.
    En fait les amandes contenues dans les noyaux de cerises comme les amandes amères, contiennent du benzaldéhyde (et un peu de cyanure d’hydrogène très toxique, présentant lui aussi une odeur d’amande amère que certaines personnes sentent difficilement et qu’environ 1 personne sur 10 ne sentirait pas…).

    Je ne l’ai pas trouvé si sucré moi ce « Louve » mais il faut aussi avouer que j’avais senti quelques autres parfums cette après-midi là… En tous cas, il a beau être amusant par ses notes de tête, à mon avis ce n’est vraiment pas l’un des plus beaux Lutens/Sheldrake.

    Réponse

  11. valdelia
    Fév 13, 2011 @ 17:55:32

    Concernant les Lutens, à mon nez, c’est incontestablement Rahät Loukoum, le plus sucré ! Très bonbon, sucre et fruits.

    Ensuite, pas mal de fruits confits dans certains, qui « sucrent » un peu l’ensemble, mais ça dégouline rarement de miel et autres sucreries, car contre-balancés par les épices.

    Pour en citer deux autres, je dirais El Attarine, assez « alimentaire », et Bois et Fruits, plutôt confit.

    Cela n’engageant que mon petit nez et moi ! 😉

    Réponse

  12. NezHerbes
    Fév 13, 2011 @ 18:24:57

    C’est assez bien senti, merci à votre petit nez pour ces commentaires pertinents.

    Je suis d’accord aussi avec le fait que chez Lutens (ou faut-il dire Sheldrake ? :-)) ce n’est généralement pas écœurant car la sucrerie est bien intégrée aux accords ambrés.

    Réponse

  13. heidi
    Juil 03, 2011 @ 18:30:13

    Bonjour/bonsoir, je découvre tout juste votre blog et je l’ai parcouru avec grand intérêt! A présent, je me demande si vous vous parfumez et si oui, avec quoi?!
    Ma passion pour les parfums débute tout juste et je suis déjà en quête de la tubéreuse. Il me semblait l’avoir aperçue dans Fracas (à vrai dire, surtout à travers un échantillon de Mon Coeur, une eau de parfum de Fragonard qui n’est plus produite et qui est décrite à droite à gauche sur le net comme une copie de Fracas), mais maintenant, forcément, je me demande si je ne serais pas plutôt jasminophile? Ou moisiphile?! Vers quel parfum/produit puis-je me tourner pour sentir à coup sûr de la tubéreuse?!
    Ah et quelles sont les marques qui utilisent le plus de matières premières? Ou du moins peut-être, celles qui en utilisent encore?!
    Oh là là, plein de question, désolée!

    Réponse

  14. NezHerbes
    Juil 03, 2011 @ 23:40:05

    Bonsoir/bonjour,

    Merci de votre intérêt 🙂
    Du coup j’ai découvert le votre de blog et le « débute tout juste » me semble un peu au dessous de la réalité ou en tous cas on peut dire que ça débute fort !

    Concernant le fait de me parfumer… généralement je ne me parfume pas, professionnellement je suis assez dans les molécules aromatiques et je ne tiens pas à charger plus mes récepteurs olfactifs. D’autant que même si je n’ai pas le temps de le faire chaque jour, j’espère chaque jour trouver du temps pour travailler sur mes parfums et le fait d’être parfumé moi-même n’est pas souhaitable pour ça. Je pense d’ailleurs que tout créateur et toute créatrice de parfums est un peu dans le même cas.(?)

    En fait j’attends le soir, (ou des vacances loin de mes flacons, un évènement rarissime…) quand je suis certain de ne plus avoir le loisir de faire travailler mon nez.

    Ayant parcouru mon blog vous ne serez pas surprise d’apprendre que de plus ça fait bien longtemps que je ne me parfume plus avec aucun parfum acheté. A l’heure actuelle si je devais vraiment acheter un parfum pour moi (mais je n’en vois pas trop l’intérêt) ce serait certainement Chaman’s Party d’Honoré des Prés.

    Du coup ça ne vous dira rien que je vous cite mes parfums mais actuellement j’en ai trois (seulement). Selon l’humeur, le moment du jour et la saison … trois c’est vraiment un minimum mais je ne fais pas que des parfums que j’ai envie de porter moi-même (Surtout ceux qui sont vraiment pour femmes évidemment… :D) donc pour l’instant je m’en tiens à trois.

    Je ne connais pas « Mon Coeur » et d’ailleurs, contrairement aux « perfumistas » dont je ne fais pas partie (et que je vais faire bondir, frémir, et que sais-je encore) je ne suis pas une encyclopédie du parfum loin de là mais c’est en grande partie volontaire.

    Je n’aime souvent pas trop sentir les parfums artificiels. J’en tolère une partie quand même mais peu de parfums modernes trouvent grâce à mes yeux.
    Et même ceux que je juge agréables/réussis malgré le recours à une certaine chimie, je ne les achèterais/porterais/offrirais pas de toutes façons… du coup ça perd un peu en intérêt de les sentir.

    De plus et c’est là que je vais en surprendre et en choquer certain(e)s.
    Je considère que mieux vaut ne pas avoir la tête trop pleine de choses existantes.

    Evidemment de temps à autre je me laisse aller à la tentation de sentir une ou deux choses, anciennes ou pas et ça me donne des idées.
    Mais justement, il est trop tentant de faire une variante à sa façon d’un parfum qu’on voudrait naturel et/ou qu’on voudrait améliorer d’après sa propre idée et ses propres goûts et envies, du coup je ne le fais pas trop souvent, et au lieu de réviser mes parfums je ne révise que mes matières premières en essayant au contraire d’oublier les parfums que j’ai senti ! (Si tant est qu’on puisse activement oublier…)

    Du coup pour vous répondre concernant la tubéreuse c’est un peu pareil, je vous conseille de chercher une absolue de tubéreuse, par connaissances (?) ou en achetant sur le Net, vous devriez pouvoir vous procurer ça.
    Chaque absolue est (un peu) différente mais ça reste le meilleur moyen pour faire connaissance de LA Tubéreuse !

    En parfum… pour rester dans le naturel, voyez du côté de Vamp à NY, j’en parlais dans mon article sur Honoré Des Prés.

    Enfin concernant « les marques qui utilisent le plus de matières premières ». (Je suppose que vous vouliez parler de matières premières naturelles et que vous avez oublié le mot « naturelles »…)
    Il y a quelques parfums 100% naturels plus ou moins valables, ceux d’Honoré Des Prés et 2 chez l’AP… Ensuite j’ai lu des choses sur Undergreen mais c’est du naturel « 100% isolats » donc d’un naturel discutable voire douteux et je n’ai pas senti.
    C’est difficile à dire pour les autres car personne n’affiche son pourcentage de naturel (tant ça passerait mal auprès des « consommateurs »).

    Il y a d’autres gammes 100% naturelles voire « bio », plutôt en magasins bio/herboristeries mais à ce jour je n’y ai rien trouvé de très satisfaisant.
    Si vous tenez à sentir par vous-même vous pouvez toujours chercher les parfums Lakshmi et Melvita BIO (pas l’ancienne gamme Melvita qui existe toujours et n’est vraiment pas très naturelle…).

    Voilà, plein de questions (pas de quoi être désolée) du coup plein de réponses, j’espère que vous y trouverez (une partie de) votre bonheur.

    D’ailleurs il est bien sombre votre blog, si votre moral ne remonte pas testez des parfums au géranium et/ou au néroli, ça peut aider… 😉

    Réponse

  15. heidi
    Juil 10, 2011 @ 16:54:11

    Re-bonjour et désolée pour le délai de réponse: petits problèmes techniques…
    Alors si si, je débute (depuis fin mai), mais oui, peut-être un peu fort: on dirait que la peau de mes poignets commence d’ailleurs à montrer un léger mécontentement. Je teste plein de choses, c’est de la frénésie!
    Je comprends bien que si vous travaillez dans un milieu très odorant, porter en plus du parfum, ce serait un peu comme une surcharge de travail… Et je comprends bien aussi que vous êtes une sorte d’anti-perfumista, comme une sorte d’antidote à la parfumite aigüe! A vous lire, on se dit un peu « aïe »! 😀 (et je me demande bien aussi à quoi peuvent ressembler vos créations!) Enfin, ça me donne encore plus envie d’acheter de l’absolue de tubéreuse, donc, et quelques autres matières de ce genre pour sentir à quoi ça ressemble « en vrai ». (un de mes contacts facebook m’a parlé de sa fascination pour les matières premières – « naturelles », oui, évidement – c’est un peu comme une extension de territoire à explorer!).
    Pour ce qui est des produit Lakshmi, j’avais déjà repéré leur crème pour les mains à la tubéreuse sur le net, je crois que je vais creuser le sujet 🙂
    Ah et, euh, oui, mon blog est peut-être un peu sombre, j’espère que vous ne vous êtes pas cogné dans les meubles! Je garderai un oeil ouvert pour le géranium/néroli!

    Réponse

  16. NezHerbes
    Juil 10, 2011 @ 19:43:52

    Il n’y a pas de quoi être désolée, l’important c’est de répondre… 😉

    Je pense jouer très prochainement les rabat-joie dans un article dédié mais je ne peux que vous dire par avance qu’il est à mon avis assez peu recommandable de mettre du parfum sur sa peau, surtout quand il n’est pas naturel. Les mouillettes devraient vous aider à ce niveau… (Mais pour lire en détail les raisons de ce conseil il faudra attendre l’article « Le parfum aura-t-il votre peau ? »)

    En fait, si j’use peu de parfum c’est surtout que bien évidemment le fait de porter un parfum gêne dans le cas ou vous voulez travailler sur un autre… J’en porte donc plutôt les soir ou nuits et en tous cas quand je suis à peu près certain de ne pas avoir besoin d’un nez « frais ». (Encore que parfois je me lève la nuit pour tester une idée mais ça reste rare.)

    « anti-perfumista » c’est un peu excessif, je n’ai rien contre les perfumistas en tous cas !
    Il est vrai que pour une personne passionnée par les odeurs et la création de parfums, ne pas courir sans cesse les boutiques pour sentir toutes les odeurs des parfums d’aujourd’hui ou d’hier peut surprendre une perfumista.
    Enfin je vais de temps en temps sentir des choses en parfumerie mais pas sans cesse.

    Je me demande d’ailleurs quelle est le comportement des nez en général, suis-je l’exception ou la norme ?
    Les créateurs vont-ils généralement sentir la plupart de ce qui sort ? Je ne le pense pas. Ou alors… ça expliquerait peut-être cette trop grande uniformité dans les nouveaux parfums ?

    Par ailleurs, pour le moral, d’après ce que je viens de lire (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20441789) vous pouvez ajouter la sauge sclarée à votre petite liste.

    En tous cas bonne continuation dans cette passion, vous avez bien raison de vouloir sentir à quoi ça ressemble « en vrai » ! 😉

    Réponse

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :