Le Parfum de la Dame en noir

Extraits du livre de Gaston Leroux publié en 1908
unis en un arrangement personnel.

A lire en écoutant ceci :
BO Le parfum de la dame en noir

Affiche du film "Le parfum de la dame en noir"

Affiche du film

Je sentis tout à coup son parfum, le doux et pénétrant et si mélancolique parfum de la Dame en noir, une odeur pleine de mélancolie, un parfum
pour tristesse intime. Quelque chose comme le parfum isolé et discret et tout à fait personnel d’une plante abandonnée, qui eût été condamnée à fleurir pour elle toute seule…

Mais c’était un bien doux et bien tyrannique parfum qui m’a comme enivré tout d’un coup, là, au milieu de cette bataille des eaux et du vent et de la foudre,
tout d’un coup, quand je l’ai eu saisi. parfum extraordinaire ! Ah ! extra-ordinaire, car j’avais passé vingt fois auprès de la Dame en noir sans découvrir ce que ce parfum avait d’extraordinaire, et il m’apparaissait dans un moment où les plus persistants parfums de la terre – et même tous ceux qui font mal à la tête – sont balayés comme une haleine de rose par le vent de mer. Je comprends que lorsqu’on l’avait, je ne dis pas senti, mais saisi (car enfin tant pis si je me vante, mais je suis persuadé que tout le monde ne pourrait à son gré comprendre le parfum de la Dame en noir, et il fallait certainement pour cela être très intelligent, et il est probable que, ce soir-là, je l’étais plus que les autres soirs, bien que, ce soir-là, je ne dusse rien comprendre à ce qui se passait autour de moi). Oui, quand on avait saisi une fois cette mélancolique et captivante, et adorablement désespérante odeur, – eh bien, c’était pour la vie ! Et le cœur devait en être embaumé, si c’était un cœur de fils, embrasé, si c’était un cœur d’amant, empoisonné, si c’était un cœur de bandit… Non ! non, on ne devait plus pouvoir s’en passer jamais !
C’était le plus délicat, le plus subtil et certainement le plus naturel, le plus doux parfum du monde et j’imaginais bien que je ne le rencontrerais plus jamais. Je restais avec son souvenir et avec son parfum … je vivais moins avec son image qu’avec son odeur.

Photo du film

Une photo tirée du film

Personnellement tout cela m’évoque un oriental floral et épicé façon Opium d’Yves Saint Laurent.

Opium d'Yves Saint Laurent

Opium d'Yves Saint Laurent

 

 

D’ailleurs, la dame est en noir ici aussi…

Narcisse Noir de Caron (Photo par un vendeur e-bay, qu'il me contacte si il ne souhaite pas que je l'utilise ici...)

 

 

 

 

 

Ou alors un Narcisse Noir de Caron, même s’il est plus fruité…

Narcisse Noir de Caron

Narcisse Noir de Caron

Ou pourquoi pas un floral boisé chic façon Jasmin Noir de Bulgari (que j’aime d’ailleurs plus en photo qu’à sentir tant je le trouve synthétique) ou mieux encore un Datura Noir de Serge Lutens qui est plus ambré et à mon avis bien meilleur !

Jasmin Noir de Bulgari

Jasmin Noir de Bulgari

Datura nocturne

Un beau Datura (photographe inconnu...)

En tous cas ces rêveries me donnent un projet de création personnelle, un hommage à la femme, à la nuit et aux élégantes dames aux charmes vénéneux.
Un parfum qui se voudrait assez classique et discret tout en s’avérant provoquant et vertigineux pour qui est attentif… Sans doute un ambré, un oriental fleuri épicé et/ou boisé, peut-être un de chaque d’ailleurs, pour brunes ou blondes ou juste …selon l’humeur !

Publicités

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Jeeks Bluegardenia
    Jan 13, 2011 @ 18:36:40

    Bonjour!

    Les visuels choisis pour illustrer votre article sont magnifiques. Le texte est somptueux. J’ai hâte d’en savoir plus sur votre future création inspirée elle aussi par la Dame en Noir.

    Jeeks.

    Réponse

  2. NezHerbes
    Jan 13, 2011 @ 20:18:20

    Bonsoir et bienvenue Jeeks,

    Merci pour ces encouragements, je suis heureux de voir que ça a au moins plu à une autre personne que moi.

    Par ailleurs « gnou » connaissons tous deux une personne faisant brillamment et généreusement partager nombre de ses expériences créatives mais concernant les miennes, bien que j’ai évoqué l’idée de celle-ci je ne pense pas en parler plus. Pas ici en tous cas, peut-être dans un autre blog.
    Et puis entre l’idée et sa réalisation de l’eau peut couler sous les ponts…

    En fait, décrire mes parfums me plairait mais je ne suis pas bien à l’aise le faire en publique. Se critiquer sois-même on est tous obligés de le faire de temps en temps, on le fait devant son flacon pour essayer d’y créer quelque chose de valable, d’harmonieux, d’original ou même de beau… mais exprimer son autosatisfaction si on estime être parvenu à un résultat valable, ça a quelque chose qui me gênerait. De plus idéalement il faudrait que le lecteur puisse sentir par lui-même et ça c’est un peu compliqué…

    Le mieux c’est d’avoir un retour satisfait et une description comme vous l’avez faite pour « Patchoujeeks », ça a dû réellement nous faire plaisir à lui … heu, pardon, lui faire plaisir à Gnou. 😀

    En fait j’ai beaucoup d’envies mais j’ai du mal à faire le tri entre les thèmes et le temps me manque également pour parler de tout… Je vais laisser mes envies décider au fur et à mesure, c’est généralement ce qui me convient le mieux.

    Réponse

  3. valdelia
    Jan 20, 2011 @ 10:22:10

    Je suis un peu en retard, mais cela a plus à au moins DEUX personnes !

    Car je fus affublée dans une vie antérieure de ce surnom de « Dame en Noir », en tant que libraire parfumée vêtue de noir…

    Car je me suis toujours demandé effectivement à quel parfum avait pu pensé Leroux pour e faire une telle description.

    Car j’ai toujours voulu penser que c’était sans doute un Guerlain (oui, je suis un peu beaucoup « formatée » Guerlain, mais les « anciens »)…mais lequel ?
    J’aurais bien aimé que ce soit l’Heure Bleue, mais elle n’était pas encore conçue.
    Après l’Ondée ? Très dans l’air de ces temps-là, mais pas assez narcotique pour cette Dame.
    …Jicky ! A la fois doux, tendre et rassurant par son côté lavande, et puissamment vénéneux par sa civette, enfin, celle qu’il devait y avoir à l’époque.

    Bon, je m’étale, je m’étale, j’ai sûrement tout faux mais qu’importe…cette Dame en noir me fait rêver, et c’estdéjà beaucoup !

    Merci pour ce magnifique billet !
    V.

    Réponse

  4. Irène
    Août 18, 2011 @ 18:22:17

    J’aime …

    Il avance ce parfum ?

    Réponse

  5. NezHerbes
    Août 18, 2011 @ 20:57:25

    Oh oui, il est encore en phase prototype super dilué et je dois le tester en concentré (je fais toujours comme ça…) mais il est arrivé par surprise, je travaillais un floral qui s’est épicé et orientalisé et d’un coup je me suis dit : tiens mais ça, on dirait le parfum de la Dame en noir ! 🙂

    Réponse

Merci de participer au blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :